Archive | mars, 2017

Jeudi 16 mars 2017.

CharlemagneUne chanson populaire prétend que c’est ce bon Charlemagne qui aurait inventé l’école. On sait bien que ce n’est pas tout à fait vrai. Elle date de bien avant lui. Bon. Là où je voulais en venir (au risque de sembler tordu), c’est que sans école pas d’apprentissage de la lecture, de l’écriture, de la grammaire, donc pas de livre, donc pas de rencontre ce jeudi 16 mars, à la Librairie Charlemagne de Toulon, ce qui, et ceux qui viendront seront d’accord, aurait été dommage.
17 heures. Librairie Charlemagne, 50 Boulevard de Strasbourg, 83000 Toulon.

Samedi 11 et dimanche 12 mars 2017.

Brel Bruxelles

De retour à Bruxelles où j’ai écrit mes premières réclames à partir de 1982, pour Europ Assistance, Renault, Sealink, Le Soir, mais cette fois pour une « bodycopy » bien plus longue : Danser au bord de l’abîme. C’est toujours une grande joie de revenir dans cette superbe Foire du Livre et d’y retrouver tant d’ami(e)s.
Foire du Livre de Bruxelles, Tour & Taxis, rue Picardstraat 3. 1000 Brussels. Le programme et toutes les infos ici.

Chouette, Lorraine revient !

Après le formidable Entre ciel et Lou*, Lorraine nous revient déjà (enfin), avec un nouveau cadeau. Je ne l’ai pas encore lu, le livre doit être en chemin vers ma boite aux lettres, mais je voulais partager cette excellente nouvelle avec vous. Dans trois semaines, nos coeurs battront plus fort.

eho_fouchet3 BAT.indd

*Entre ciel et Lou, de Lorraine Fouchet, éditions Héloïse d’Ormesson (2016) et début avril au Livre de Poche.

Brûle le froid, parfois.

Elisa Shua Dusapin

Premier roman. Hiver à Sokcho* est une sorte de flocon qui se pose sur une immensité blanche, un de ces textes délicats, précieux, précis, où le temps, la violence du monde et la fureur des choses n’ont pas leur place. C’est d’ailleurs là, en cet endroit précis de l’écriture que se situe la délicatesse de ce premier roman d’une très jeune femme de vingt-quatre ans, Elise Shua Dusapin, née d’un père français et d’une mère sud-coréenne et déjà, en Suisse, lauréate du très beau Prix Robert Walser. Et comme dans tout texte où l’écriture est silence et vent et frimas et douceurs et effleurements, l’histoire est un prétexte, une courte trajectoire –en l’occurrence celle qui va se faire frôler la narratrice sud-coréenne et un français auteur de bandes dessinées, venu l’hiver à Sokcho pour y travailler ; un hiver où le froid endort tout, fige tout, empêche tout, sauf quelques minuscules rêves, quelques minuscules pas, de ceux-là qui possèdent le pouvoir de changer à jamais. Hiver à Sokcho est à lire comme on écoute une musique. Le String Quartet n°12 in F major, opus 96 « American », de Dvorak, par exemple.

*Hiver à Sokcho, d’Elisa Shua Dusapin, éditions Zoé. En librairie depuis août 2016. Prix Régine Deforges 2017. (Quelle joie, je fais partie du jury !).