Archive | mars, 2019

Selon Sandrine.

Merci à l’irremplaçable Sandrine Dantard (Fnac Grenoble), d’avoir eu ce double coup de coeur et de nous avoir ainsi réunis, Lorraine et moi !

Samedi 16 mars 2019.

Je suis impressionné. Nous avons cet après-midi rendez-vous dans la médiathèque André Malraux, située rue Albert Camus. On ne donne pas dans l’écrivain bas de gamme, à Maison-Alfort. Je ferais donc de mon mieux pour arriver à la cheville de mes illustres aînés en vous parlant de Mon Père dont je suis à peu près certain que les deux pères suscités auraient aussi aimé en débattre avec nous. Et puis, bien sûr, nous évoquerons On ne voyait que le bonheur dont la formidable pièce de théâtre sera jouée le 30 mars à 20h45 au NECC.
14 heures 30. Médiathèque André-Malraux, 4, rue Albert-Camus. 94700 Maison-Alfort. Accès libre. Tél. 01.43.76.30.77. Infos ici.

Vendredi 15 mars 2019.

Je ne suis en général pas trop jeu de mots mais je ne peux résister à l’idée de faire le parallèle entre Metz – qu’en bon nordiste je prononce messe – et Mon Père, qui est une sorte de messe tragique. Rendez-vous donc ce vendredi pour évoquer les péchés de quelques monstres et le sacrifice de quelques innocents, en la belle librairie d’une libraire formidable (voir ci-dessous).
15 heures 30, dédicace. 17 heures, rencontre. Librairie Hisler-Even, 1 Rue Ambroise Thomas, 57000 Metz.

La jeune fille et l’écrivain.

Un écrivain français résident à New York revient sur la Côte d’Azur à l’occasion des 50 ans du lycée international Saint-Exupéry où il a non seulement fait ses études, où il est tombé amoureux d’une jeune fille jusqu’à l’obsession, mais où il s’est surtout rendu coupable d’un crime. Des travaux prévus sur le campus risquent de mettre à jour la tragédie. Et puisqu’à la même époque, la jeune fille a disparu, le roman* déroule alors sa trame à la recherche de la vérité.
Là où le propos pour moi fait mouche c’est que, délaissant les figures d’une enquête sur un crime, Guillaume Musso, laisse Thomas, l’écrivain du livre, mener l’enquête sur lui-même. C’est-à-dire sur le pourquoi du comment un état amoureux peut faire de soi un assassin, puis un lâche, puis un véritable salaud. La jeune fille et la nuit devient alors l’histoire d’un homme qui découvre le fils qu’il a été, ou pas, et dresse un portrait touchant d’un écrivain qui s’écrit et qui va, armé de son « Bic Cristal à tente centimes et de son bloc-notes à carreaux Seyès » (page 419) jusqu’à réécrire l’histoire pour lui donner une plus jolie fin ou, en tout cas, plus conforme à son humanité. C’est cette réflexion sur cette manipulation autour de soi-même qui donne à ce seizième roman de Guillaume toute son implacable densité.

*La jeune fille et la nuit, de Guillaume Musso. Aux éditions Calmann-Lévy. En librairie depuis le 24 avril 2018. Parution prévue en poche le 21 mars 2019. Son nouveau roman, selon le site de son éditeur, paraîtra le 2 avril.

Mercredi 13 mars 2019.

Le 23 mai 2018, Le Port de la Rochelle, le tableau de Signac fut volé aux Musée des Beaux-Arts de Nancy. Selon la police, le vol de cette toile d’une valeur d’un million et demi d’euros, fut le fait de « malfaiteurs aguerris et particulièrement bien organisés ».
Dans Mon Père, c’est l’enfance d’un enfant qui a été volée. Et là, la police, on ne l’entend pas. Je vous parlerai de cette toute cette affaire ce mercredi à Nancy, au Hall du Livre où j’ai tant de plaisir à revenir puisqu’à chaque fois nous y avons eu des échanges passionnants.
18 heures. Rencontre et dédicace au Hall du livre, 38 Rue Saint-Dizier, 54000 Nancy.

Rares sont les amis qui prennent encore le temps d’écrire une lettre, alors merci.

Samedi 9 mars 2019.

L’église saint Benoît étant déjà occupée pour d’autres réjouissances, c’est dans la sublime nef de la Librairie Doucet que je vous retrouverai en compagnie de Marie-Adélaïde Dumont, librairie impénitente et passionnée, pour parler avec vous, autour de quelques gourmandises terrestres, de Mon Père, que le magazine La Vie a adoré (le livre, pas les mignardises).
De 10 heures 30 à 12 heures. Librairie Doucet, 66 avenue du général de Gaulle, 72000 Le Mans.

Jeudi 7 mars 2019.

Ci-dessus le plan de l’Église Sainte Marie, à Bruxelles.

Il y a plus de 80 églises, chapelles et autres abbayes à Bruxelles et on peut raisonnablement penser qu’elles ne sont pas là par hasard. De même que l’on peut aisément subodorer que quelques librairies auraient une vision du monde plus humaniste que d’autres et offriraient, parmi les 50.000 livres qu’ils auraient en stock, telle la librairie UOPC, une sélection de textes plus spirituels, religieux et philosophiques. Parmi eux, on trouve Mon Père, un roman qui bouscule le silence des églises pour essayer de faire émerger une parole. Celle qui libère justement. Et c’est justement de celle-là que nous parlerons ce jeudi dans l’impeccable librairie UOPC.
De 18 à 20 heures. Rencontre à la librairie UOPC, Avenue Gustave Demey 14-16, B-1160 Bruxelles.