Archive | Humeur.

La vie devant soi.

Il fait froid, ici et là les routes sont couvertes de neige, la grippe affaiblit les corps, les Gilets Jaunes dansent leur colère, Darmanin se tripote de savoir s’il reste ou non ou gouvernement, le 15 février le fisc viendra se goinfrer dans mon compte en baque pour me piquer l’argent que je n’ai pas encore gagné (les fameux acomptes des indépendants, quelle blague), tout le monde veut sa part du gâteau et tant pis s’il y en a qui n’ont même pas de miettes et à toute cette morosité, je dis voici l’antidote. Le nouveau roman de Lorraine Fouchet (ci-dessous les secondes, qu’elle relit et corrige attentivement), en librairie le 6 mars. Enfin.

On ne voyait pas que le bonheur.

Dommage que ce que les livres voient, les politiciens ne le voient pas, enfermés qu’ils sont dans leurs certitudes.
Voici une page d’On ne voyait que le bonheur, publié en 2014, qui évoquait déjà ce chagrin qui, depuis est devenu colère.

GJ

On ne voyait que le bonheur, Éditions Lattès (2014) et Le Livre de Poche (2015).

Carnet du jour.

C’est aujourd’hui le quatre-vingt dix-septième anniversaire de la naissance du grand Brassens dont on savourera, en lieu de dragées, la formidable définition de l’anarchiste.

Georges Brassens

Les loups sont entrés dans les écoles.

IMG_2863

Que des élèves d’un lycée de la Somme refusent de lire un auteur au prétexte qu’il ne serait pas totalement français relève pour moi de la plus dangereuse des dérives. Honte à eux, à leurs parents, à tous ceux qui inoculent ce poison de l’intolérance débile. Heureusement nos gentilshommes et gentes dames du Parlement on prévu des lois contre les comportements racistes. En voici un. Appliquons la.
Mais surtout, lisez (et relisez) les livres de l’ami Akli, ils sont justes formidables. Ils sont ici.

Mais qui est Alice ?

AliceVu hier sur la petite route de Valbonne, à Plascassier (06) qui me mena hier au Salon du livre de Mouans-Sartoux. Je n’ai pu m’empêcher de me demander qui était Alice et ce qu’elle avait bien pu faire pour déclencher la colère d’un garçon (ou d’une fille). J’ai imaginé sa drôle de tête en découvrant ces messages. La surprise de ses parents. Bref, j’ai surtout pensé à au titre de ce film de Scorsese : Alice n’habite plus ici.