Archive | Humeur.

Surréaliste.

Entre dadaïsme et Oulipo, la traduction en français du mode d’emploi du ventilateur chinois HJ-180 de marque Hongjian, relève du bonheur absolu, et confirme l’expression C’est du chinois. Même en français. (Ligne 4 par exemple : « Comme plastique que la principale matière plastique… »).

FullSizeRender

New York est un livre. (Dernier chapitre).

LennonBasketGardien muséeImmeubles

collage métroJambe

New York est bavarde.
Elle s’écrit dans la rue, sur les terrains de baskets enclavées et grillagés, dans les musées, dans les perspectives, dans les couloirs de métro (où on fait de l’art en arrachant les affiches), dans les boutiques,  dans la comfort food, dans le métro (où la clim endort la violence), dans la passion que la ville porte à son équipe de baseball, derrière chaque fenêtre enfin, et elles sont des millions.
Je referme à regret ce livre ; ces histoires qui écrivent toutes nos histoires.

CookiesBeach bodyBaseballStreet immeubles
Un immense merci à Dana Philp pour ses photos.

New York est un livre. (Premier chapitre).

image-14image-10image-12imageimage-9image

A New York depuis quelques jours. Cette ville aux Huit millions de façons de mourir. Ce tourbillon où l’on est Chez les heureux du monde.Harry rencontre Sally. Où les langues se bousculent. Où les couleurs de peaux dessinent le plus beau des drapeaux. Où le No smoking politiquement correct l’a emporté sur le Smoke d’Auster. Cette ville où le Memorial des Twin Towers est l’une des choses, ici, qui m’a fait pleurer. Cette ville où Basquiat est devenu un génie dans la rue. Où Lennon a été assassiné. Où Sargent, où Capote, où Easton Ellis, où McInerney, où Scott Fitzgerald, où Selby Jr (et son immense nouvelle Tralala). New York ne me laisse pas le temps de lire. Elle est elle-même un livre. Un livre d’images dans lequel je passe. Dans lequel on ne fait tous que passer. Il s’agit d’histoires de buildings. De modes qui s’écrivent à chaque pas. New York est un livre de poésie et de rébellion (l’un ne va pas sans l’autre). Un livre qui raconte la chance, et le vertige, que nous avons d’être vivants. Alors, je vis.

image 2 image

image 3

La vérité sort de la bouche des libraires :-)

Libraire

Un immense merci à Margaux Hénin de la très belle librairie Passion Culture, à Orléans.

Pour une fois, je m’envoie une fleur.

Eddelweiss

L’Édelweiss est une jolie fleur blanche de montagne mais aussi un très joli Prix.

Et merde. Encore une librairie qui ferme.

18 jun 14

Boulevard Saint-Germain à Paris. Bientôt, à la place des livres, des rêves, des voyages, des coups de coeur, des grandes claques : des montres.