Invitée #22. Mireille Calmel.

Ce qu’il y a de bien avec l’amitié, c’est qu’en général, ça dure. Depuis notre rencontre en 2013 à Nice sur le Cours Saleya, Mireille et moi nous croisons toujours avec bonheur, papotons comme deux copines qui font les soldes et surtout, adorons partager nos coups de cœur. Alors il était tout à fait normal qu’elle revienne à cette table d’invités pour nous parler, avec souffle, d’un livre qui l’a transportée : le nouveau roman de la très douée fille de Frédérique Hébrard et Louis Velle, mais si, souvenez-vous, la Princesse de Kurlande.
Et puis, en ce jour de second tour des régionales, de parole politique nullissime et de débats de caniveaux, un bon livre peut sauver.

un pas dans les nuages couv_

« Les nuages, ce sont ceux qui embrument le cœur d’Alex, cette jeune cascadeuse qui ne parvient pas à oublier la mort dramatique de sa sœur jumelle, une étoile montante du cinéma.
Les nuages, ce sont aussi ceux qui cernent cette ferme des Cévennes dans lequel Alex cherche un refuge à sa détresse, dans lequel elle s’invente une nouvelle vie, une nouvelle identité loin des projecteurs et des médias.
Résumer un livre… Une de mes amies, cette illustre romancière qu’est Françoise Dorin, a répondu un jour à un lecteur exigeant :
« Un livre ne se résume pas, il se respire ».
C’est ce que j’ai fait.
Aux côtés d’Alex, j’ai avancé d’un pas dans ses nuages. J’ai découvert le rythme des Cévennes, semblable aux courbes d’un cardiogramme. Ma poitrine s’est soulevée à chaque inspiration pour refuser la mort lente du désespoir et de la culpabilité. Grâce à cette radio locale qu’elle s’est mise à animer, j’ai affronté les habitants du village, accepté d’être apprivoisée par certains, terrifiée par d’autres. J’ai déterré des secrets, affronté leurs dangers. Et puis j’ai rencontré cet homme qui travaille à Observatoire météo, au sommet du mont Aigoual. Je me suis sentie vibrer d’un amour naissant, d’une confiance à réinventer.
Oui, Françoise Dorin a raison. Un livre se respire quand il est souffle. Et quel souffle ! J’ai été l’otage des démons d’Alex, des éléments déchainés, des rires étouffés, des caresses timides. J’ai été son ombre pour mieux me réapproprier sa lumière. Pour autant, peut-on renaître d’un mensonge ?
C’est à l’heure où Alex fut confrontée au sien que j’ai véritablement pris la mesure du talent de Catherine Velle à crayonner la substance des êtres, de la nature et de la vérité qui dort en chacun de nous.
L’académie Cévenole ne s’y est pas trompée ce 6 novembre 2015 en lui remettant son fameux trophée, « Le cabri d’or ».Ce livre est plus qu’une réussite littéraire. Il est.
Ne le manquez pas ».

*Un pas dans les nuages, de Catherine Velle. Éditions Anne Carrière. En librairie depuis le 28 mai 2015.
Et toujours Aliénor, Un dernier baiser avant le silence, de Mireille Calmel.