Invitée #40. Fabienne Legrand.

Il y a des femmes qui portent bien leur désinvolture. D’autres leur petite robe noire. Fabienne, c’est son nom. Elle le porte à merveille. De là-haut, elle voit le monde bien au-delà de ce qu’on en voit. Elle aperçoit, bien avant tout le monde, tout ce qui nous attend. Les conneries. Les jolies choses. Les tics des uns. Les tocs des autres. Et c’est avec ce regard de drôle de sentinelle drôle qu’elle a croqué les petites manies du Cap-Ferret dans un album devenu un classique*. Qu’elle a fait le portrait de ses deux amours, « son sac et Paris », dans un autre album d’anthologie*. Et qu’elle s’apprête à publier* un récit bouleversant (qui rime avec hilarant). Et hilarant (qui rime avec bouleversant). Mais chut. Fabienne, c’est le grand talent et le grand cœur réunis. Je lui ai demandé de nous présenter l’un de ses coups de cœur. Le voici. (En plus, elle nous offre un dessin, quelle chance !).

« Je ne peux pas citer beaucoup de livres, en dehors de bandes dessinées, qui m’ont fait autant me gondoler de rire. Pas étonnant que « Le discours** » soit l’ouvrage d’un auteur de BD qui publie sous le nom de Fabcaro. J’ai fait la connaissance de Fabrice Caro en signature au Salon de Toulon. Derrière ce garçon discret au regard dans lequel frisouille beaucoup de malice, je savais qu’il y avait un très talentueux auteur de BD. Je m’étais gondolée aux lectures de « Zaïe, Zaïe, Zaïe », « Moins qu’hier, plus que demain », plus récemment « Open bar », me régalant de son univers déjanté et absurde.
J’ai découvert alors qu’il avait aussi commis un roman tout aussi délirant et hilarant que ses albums.
Le discours est une sorte de huis clos. Lors d’un dîner familial, Adrien se voit demander par sa sœur de rédiger un discours pour son futur mariage, sauf que ce qui occupe entièrement son cerveau à ce moment-là c’est ce SMS vide de sens envoyé un peu plus tôt, à Sonia, la femme qu’il aime. Or celle-ci a manifesté le « besoin d’une pause » dans leur relation, trente-huit jours auparavant. Juste avant le repas, Adrien a brisé cette trêve par un SMS ridicule qui depuis reste sans réponse.
C’est le début d’un monologue intérieur le temps du dîner où un Adrien dépressif parfois cynique, qui performe dans la lose, se décrivant paresseux et lâche, tente d’élaborer dans sa tête un discours qui tourne à l’absurde où se mêlent ses sentiments pour Sonia, sa position de raté et d’incompris dans sa famille, ses déceptions de la vie en général, son itinéraire de désabusé dans une vie remplie de malentendus. Ça se joue comme une pièce de théâtre, dans l’unité de lieu de la salle à manger des parents. On ne lâche pas ce livre, l’écriture de Caro est simple, fluide, incisive. Une observation remarquablement fine des comportements dans leur errances, lâchetés, passivité, névroses, ratissant les travers de la famille, de l’amour. Les humains, quoi. Ça parle de chacun de nous dans ces situations cocasses de lose absolue.
En cela, c’est hilarant, impitoyable, infiniment mélancolique et touchant. »

* Les livres de Fabienne sont publiés au Cherche-Midi. Tout est là.
**Le Discours, de Fabrice Caro (Fabcaro en BD). Éditions Gallimard, collection Sygne. En librairie depuis le 4 octobre 2018