Archive | mars, 2021

Un conte pour les grands.

Notre petit monde ne va pas bien. Il est même très malade. La haine. L’argent. Le pouvoir. Toutes ces choses qu’on connaît et contre lesquelles on ne fait plus rien depuis belle lurette. Les méchants s’apprêtent à utiliser les armes monstrueuses (qui ont fait leurs preuves à Nagasaki et Hiroshima) pour avoir plus de pouvoir encore. Et voici que des Frères inattendus* arrivent, désarment la Terre de toutes ces saloperies, la répare, soigne les hommes et fait rêver à un monde meilleur, une chanson de Beatles, Imagine – pour ne pas la citer ; un monde où « La mort est le seul ennemi qui mérite d’être combattu, pourchassé, vaincu » (page 326) et dont le combat devrait nous unir tous, frères humains. Dans son dernier livre, Amin Maalouf nous livre, sous forme de suspens, un bien agréable conte philosophique sur cette Atlantide perdu où les hommes s’aimeraient enfin. Il y a du Barjavel dans cette histoire, un vieux rêve dont on sait qu’il ne verra jamais le jour mais qu’il a été confortable de rêver.

PS. Comme Maalouf est un malin et que le mal qu’il décrit a un fantastique écho avec la pandémie du moment, il écrit, page 301 : Mais quelle arrogance est pire que celle de l’homme qui prétend décider à notre place si nous devons préserver de la maladie et de la mort les êtres qui nous sont chers ? Ceux qui expriment de telles prétentions sont des hommes d’un autre âge qui ne devraient certainement pas se trouver à la tête d’un pays avancé et libre comme le nôtre. (Si vous connaissez l’un de ces zigotos qui nous gouvernent, merci de lui conseiller ce livre).

*Nos Frères inattendus, de Amin Maalouf. Éditions Grasset. En librairie depuis le 30 septembre 2020.

Face au service de presse immense.

Après avoir vacciné deux bonnes centaines de personnes en Bretagne (n’oublions pas qu’elle a été médecin et qu’elle a toujours soin d’aider son prochain) revoici Lorraine Fouchet à Paris en train de signer ce matin le service de presse de son prochain roman, Face à la mer immense, en librairie le 1er avril. Comme quoi, les bonnes nouvelles finissent par arriver.

Femmes en colère.

Un an après le virtuose Disparaître, revoici Mathieu Menegaux avec un implacable Femmes en colère (qu’on aurait d’ailleurs pu écrire au pluriel tant elles sont nombreuses) qui raconte la journée de délibérés d’un jury d’assises qui a à décider de la condamnation et de la peine de Mathilde Collignon. Après avoir été une victime elle-même, et pas des moindres, Mathilde Collignon s’est sérieusement vengée de ses deux tourmenteurs (ah la fabuleuse description de sa vengeance !). Le débat est tout de suite posé. A-t-on le droit de se faire justice soi-même (surtout quand elle fait si peu son travail) ? Peut-on juger pour réparer et non pas seulement condamner ? L’époque des Weinstein, #MeToo et autres influe-t-elle la façon même de penser le mal ? Et enfin, peut-on se servir de la justice pour être juste ? À toutes ces questions, Mathieu apporte des éléments de réponses intelligentes dans un style littéraire d’une précision, d’une élégance et d’une efficacité hors pair (Prends garde, Grisham). Last but not least, tout cela au travers d’un suspens formidable (je n’ai pas pu ne pas le lire d’une traître) assaisonné d’un final digne des plus grands rebondissements de cinéma comme l’aime tant Mathieu. In fine, un portrait de femme inoubliable (et espérons-le, bientôt un sacré film) comme il en a le secret depuis l’invention de Claire, l’héroïne de Je me suis tue et qui interpelle remarquablement les hommes d’aujourd’hui. Verdict, brillantissime.

*Femmes en colère, de Mathieu Menegaux. Éditions Grasset. En librairie depuis le 3 mars 2021.

D’excellentes nouvelles de Frank Andriat.

On se demande toujours ce que deviennent les amis écrivains en ces temps incertains de confinement, couvre-feu, restrictions, librairies fermées, masques sur la gueule, resto interdits, voyages reportés, espérances limitées. Certains, ai-je appris, n’ont plus la niaque pour écrire. L’imagination s’est carapatée, les murs ont poussé et caché l’horizon. Il ne semble pas que ce soit le cas de Frank. Le revoici avec un livre de six longues nouvelles toutes plus formidables que les autres (même si j’ai un faible pour La notification,page 91) ; des histoires qui ont la particularité de toutes se passer dans un train ou pas loin, et de dérailler un peu, beaucoup, passionnément, comme dans la vraie vie. L’écriture de Frank s’est faite ici précise et envoûtante, comme un trajet en Orient-Express : pas de gras, pas de mots de travers ni d’inutiles fioritures. Le luxe des mots à l’état pur. Achetez vite votre billet. 16 euros pour six voyages inoubliables, émouvants, cruels parfois, c’est donné.

*Lorsque la vie déraille, nouvelles, de Frank Andriat. Éditions Quadrature (dont je salue au passage le fantastique travail qu’ils font pour défendre les nouvelles de langue française). En librairie depuis le 10 février 2021.