Archive | Les potes.

Un peu d’espoir.

Et voici que Françoise Cadol, sous la direction de Tristan Petigirard a repris les répétition de La femme qui ne vieillissait pas, se prépare à la jouer en Avignon (si l’édition 2021 est maintenue) et en tout cas bientôt dans un théâtre parisien. Ça fait du bien cette petite loupiote au bout d’un tunnel de 18 mois.
En tout cas, première ème 7 juin 2021 à Paris !

Photo Françoise Cadol.
Photo Françoise Cadol.

La Femme qui ne vieillissait pas, par Lizzie Himmel.

C’est Lizzie Himmel, la photographe new-yorkaise des inoubliables portraits de Basquiat et de Warhol (entre autres) qui shoote cette fois Betty, la femme qui ne vieillissait pas.

Attendre.

J’aurais aimé vous parler du nouveau livre* de Jean-Louis, quelques mois après avoir la sortie de Merci mon chien, mais je l’attends toujours.

*Je n’ai plus le temps d’attendre, de Jean-Louis Fournier. Éditions Lattès. En librairie depuis le 24 février 2021.

Face au service de presse immense.

Après avoir vacciné deux bonnes centaines de personnes en Bretagne (n’oublions pas qu’elle a été médecin et qu’elle a toujours soin d’aider son prochain) revoici Lorraine Fouchet à Paris en train de signer ce matin le service de presse de son prochain roman, Face à la mer immense, en librairie le 1er avril. Comme quoi, les bonnes nouvelles finissent par arriver.

Dédicaçovirus.

En villégiature sur sa chère île de Groix, Lorraine Fouchet a trouvé une bien jolie façon d’aller à la pêche aux signatures, tout en préservant le monde de cette saloperie de virus car ce serait bien dommage qu’il vous prive de la lecture réjouissante et émouvante de son dernier roman, J’ai failli te manquer.

Un an déjà.

Un an déjà que nous étions à Villeneuve-sur-Lot pour le salon du livre que j’ai eu la joie de présider. Et voilà que l’ami Thomas Sandoz, formidable écrivain (et photographe) m’envoie une photo souvenir de la halle où nous étions. Ce qu’on ne voit pas sur l’image, c’est qu’elle prenait l’eau, que les livres étaient humides et gondolés. Mais on a quand même beaucoup ri.

Elle était de bon conseil à propos des masques, elle l’est aussi à propos des livres.

En 2010 Roselyne Bachelot avait commandé 1 milliard de masques en prévision de la grippe A. En 2016, dans son livre « Bien dans mon âge », elle recommande La Liste de mes envies.

(Merci à Jeannette Barra pour l’envoi de cet extrait).