Invité #47. Vincent Larnicol.

Il a un jour surgi devant moi, dans un salon du livre, comme un diable d’une boite, un immense sourire fendait son lumineux visage et il m’a offert un de ses livres parce qu’il aimait les miens. Comme entrée en matière, on a vu pire. Depuis, chaque retrouvaille est une joie. Vincent ne cache pas son autisme Asperger. Il l’assume. Lui tord le cou avec ses textes poétiques*. C’est à lui que j’ai demandé son avis pour écrire le personnage de Geoffroy dans mon dernier livre et il m’a donné sans compter. Alors merci, Vincent.
Je l’ai invité à nous présenter un coup de cœur. Le voici**.

« Fin décembre 1999, Alexandre vit reclus aux Bertranges, la ferme familiale dans les vallées du Lot dans laquelle il a vécu avec ses parents et ses trois sœurs. La tempête s’abat sur l’arrivée imminente de l’an 2000. Ainsi remontent en lui plus de trente ans d’histoire, d’évolution… comment les hypermarchés ont-ils changé la face des petits commerces, comment le téléphone s’est entendu aux quatre coins de la France, comment le nucléaire a-t-il été perçu en bien et en mal dans la lutte et les revers planétaires, comment la gauche socialiste de Mitterrand a-t-elle bouleversée la politique… Bref, tous ces changements ont formé et déformé la radiographie d’une famille d’agriculteurs attachés à ses traditions, contrairement au reste du monde. Et le regard d’Alexandre posé sur les beaux yeux de Constanze, une citoyenne allemande dont il est secrètement amoureux, comment est-il face à tout cela ? Entre l’homme et la nature, quel chemin devra-t-il suivre ? 
Attention, le grand Joncour frappe une nouvelle fois très fort, après le précédent Chien-Loup, et on le sent de plus en plus engagé sur la relation entre l’homme et la nature sans cesse tourmentée. Dense, documenté à foison et résonnant parfaitement avec l’actualité, parfois trop complexe à mon goût, ce roman est quand même intéressant et foisonnant. L’innocence de l’enfance face au nouveau siècle se transforme en tiraillement face à la fin d’un monde soudé et c’est très bien représenté… Bravo. Coup de maître en la matière. Quelque fois compliqué mais impressionnant, à ne pas manquer ! ».

*Les six textes de Vincent Larnicol sont tous publiés chez Édilivre.
**Nature humaine, de Serge Joncour. Éditions Flammarion. En librairie, quand elles sont ouvertes, depuis le 19 août 2020. Prix Femina 2020 – à propos duquel il a déclaré à France Info : «Ma joie est un peu neutralisée par cet environnement-là. Je ne m’en abstrais pas, ce n’est pas possible. Ce prix, c’est donc une joie blessée, insavourable». Mouais. Savoure, Serge, savoure.
(Photo: Vincent Larnicol).