Invitée #48. Florence Aubenas.

En fait, c’est l’ami Michel Persitz, auteur de l’inoubliable et indispensable Juif de Personne* (Lattès, 2019) qui a eu la bonne idée de me recommander le dernier livre de Florence Aubenas. Au vu de son enthousiasme, je lui ai proposé de venir nous en parler, ce qui, dans une sorte de billard à trois bandes, revient à inviter ici Florence Aubenas, que voici, sous la plume toujours parfaite de Michel.

« Le regard de Florence.

Que puis-je ajouter au feu d’artifice d’éloges unanimes saluant « L’inconnu de la Poste** » de Florence Aubenas ? Oui, c’est un livre rare, un livre exemplaire, entre grand journalisme et littérature fertile. Un livre qui marque. On évoque à son propos « De sang-froid » et le « nouveau journalisme » de Truman Capote ou Joan Didion, peut-être, mais j’ai surtout pensé à « La fin de l’homme rouge » de Svetlana Alexievitch pour son inébranlable humanité, sa patience dans l’écoute, sa minutieuse attention aux détails, son extraordinaire capacité d’empathie, en un temps ou les anathèmes pullulent à la moindre contrariété.
Qu’il s’agisse des lieux, des laissés pour compte, marginaux, toxicos, simples habitants, flics, édiles, magistrats ou people, le regard clair de Florence Aubenas observe, rend compte, s’abstient de tous jugements, parti pris, condamnation ou apitoiements faciles.
J’ai reconnu notre monde, celui que je regarde trop rarement en face, parce que c’est fatigant et douloureux de vouloir tout voir, il est plus rassurant de ne voir que ce que l’on a envie de voir. Florence Aubenas incite à davantage de lucidité.
Avec « L’inconnu de la poste » ce sont nombre de fictions, romans, scenarii, traitant rapidement de sujets d’actualité qui révèlent leur subjectivité et nourrissent la confortable adhésion de leurs lecteurs. Qu’il est difficile de résister aux apparences et à la simplicité.
Florence Aubenas est sans complaisance. Elle ne s’attarde pas sur l’horreur des circonstances dans lesquelles a été commis le meurtre de la postière de Montréal la Cluse en 2008. Mais cela m’a hanté. Vingt-huit coups de couteau. J’ai fini par jeter un traversin par terre. Je l’ai frappé vingt-huit fois à coups de poing. Cela m’a pris plus de trente secondes, j’étais essoufflé et j’en avais mal au bras. Un inconnu a pu faire cela à une femme enceinte avec un couteau et disparaître parmi nous malgré dix ans d’enquête. Une chose est certaine, c’était un homme et contrairement à Gérald Thomassin il n’a pas le profil du suspect idéal. »

*Juif de Personne, de Michel Persitz. Éditions JC Lattès. En librairie depuis le 9 octobre 2019.
**L’inconnu de la poste, de Florence Aubenas. Éditions de l’Olivier. En librairie depuis le 5 février 2021.