Archive | octobre, 2017

On ne voyait que le bonheur au Liban.

Après un fabuleux Festival d’Avignon en juillet, c’est au Liban* que Grégori Baquet et Muriel Huet des Auney jouent On ne voyait que le bonheur. Un bonheur en plus, en somme.

Liban

*Représentations 3, 4 et 5 novembre à 20 h 30 au Théâtre Al-Bustan.

C’est toujours pire en vrai.

Voici la septième et formidable enquête du Département V*. On y retrouve ses personnages touchants, Carl Mørck, merveilleusement cynique, l’inénarrable Assad et surtout Rose dans toute sa fragilité cette fois, son drame personnel qu’on soupçonnait dans les précédents épisodes, qui surgit enfin, balayant tout, fissurant, déchirant, un drame violent, terrifiant en ceci qu’il réduit ce qu’on a d’humain à de la poussière. Car au-delà de l’intrigue autour de quelques pimbêches qui rêvent de télé-réalité en grignotant les aides sociales comme des chips, intrigue toujours époustouflante chez Jussi, son amour absolu pour ses personnages, comme un fleuve furieux, l’emporte sur tout. Sans l’immense et déroutante folie qu’on trouve chez les héros de Grangé, il y a du Grangé chez lui et vice versa ; et c’est cette incandescence qui flamboie, ces humanités qui nous bouleversent et nous rappellent à quel point cette littérature de genre, quand elle est réussie (elle l’était parfaitement chez Lawrence Block, par exemple) est sans doute la littérature qui s’approche au plus près de nos noirceurs et de nos passions, de nos vies et de nos feux, au plus près de nos folies dont celles qu’elles autopsies sont encore bien loin de la vérité vraie, des horreurs de la vraie vie – comme ci-dessous.

Jussi
*Selfies, de Jussi Alder-Olsen. Éditions Albin Michel. En librairie depuis le 3 avril 2017.

Outre-Rhin.

Capture d’écran 2017-10-25 à 09.07.01

Eh bien, une nouvelle comme ça*, ça fait rudement plaisir, et le plaisir ça se partage. Souvenez-vous:  « Plaisir d’offrir, Joie de recevoir ».
*L’écrivain de la Famille, éditions Atlantik, est quatrième dans le top ten en Allemagne.

Les salauds meurent aussi.

Sylvie Le Bihan

Il y a bien longtemps que je voulais lire un livre de Sylvie, depuis que nous nous sommes plusieurs fois retrouvés côte à côte dans des salons, en fait, et que j’ai, avec elle, connu quelques uns de mes plus grands fous rires – notamment à Nice cet été (sa maman en est témoin). Alors j’ai commencé par son premier roman* paru en 2014 et qui, d’entrée, lui a valu une fort belle réputation d’écrivain. Dans L’Autre, elle s’attaque au sujet alors à la mode du pervers narcissique et décrit de façon glacée et glaçante son emprise, la manière terrifiante parce qu’invisible qu’il a de tendre sa toile de barbelés jusqu’à s’y faire prendre l’autre, le regarder s’y déchiqueter et voir couler son sang alors qu’il est trop tard. Mais au delà de cette analyse irréprochable, c’est l’idée que les salauds meurent aussi qui m’a tout à fait enthousiasmé dans ce roman ; une idée qu’elle déroule à la perfection en se servant de la tragédie du 11 novembre 2001 pour nous interroger sur ces milliers de morts et c’est encore plus terrifiant qu’un petit con de pervers narcissique : combien parmi eux étaient des ordures ? Combien battaient leurs femmes ? Les trahissaient ? Dépouillaient ? Dépeçaient ? Etc. Sylvie a osé un premier roman osé, ça lui a réussi. Je vais m’attaquer avec bonheur aux suivants.
*L’Autre, de Sylvie Le Bihan. Éditions du Seuil (2014). Éditions Points (2015).

Mardi 17 octobre 2017.

Formidables retrouvailles en perspective entre Jean-Louis Fournier et moi, sur nos terres ch’tis, ce mardi 17 octobre, dans le cadre du très prestigieux Cercle Littéraire de l’Hôtel Clarance, animé par la brillante Christine Puech ; l’occasion de parler du cadavre de Jean-Louis et des ailes de mon héroïne, Emma.
Tous les renseignements ici.
Ci-dessous une photographie de Jean-Louis (en présence de l’un de ses frères), datant de 2011, quand son cadavre bougeait encore.
De 19 à 21 heures. Cercle Littéraire de l’Hôtel Clarance, 32 rue de la Barre, 59800 Lille.
JL Fournier.

Le Musso nouveau.

Guillaume Musso

Je referme à l’instant*, dans le calme majestueux des Smoky Mountains (Tennessee), le dernier roman de Guillaume Musso, Un appartement à Paris**, lequel, avant toute chose, ne me donne pas, mais alors absolument pas, envie de rentrer dans notre bonne vieille capitale – enfin un auteur qui ose écrire que la Ville Lumière n’est plus si lumineuse que ça, qu’elle y est même sacrément polluée, désagréable et sale (Hidalgo, sors de ton château !). Bref.
Le nouveau cru de Guillaume est un fort bon cru.
L’assemblage : Irréprochable. Un couple que rien ne prédisposait à se rencontrer se rencontre et fait des merveilles, chacun réparant l’autre et les deux, ensemble, réparant les autres.
La caudalie (l’unité de mesure de la durée de persistance en bouche des arômes) : Longue.
Le cépage : 100% Musso. Avec juste ce qu’il faut de clins d’œil pour ses lecteurs et de jolies références cinématographiques et littéraires, mâtinée d’un suspens irréprochable.
La charpente : Un texte qui a du corps, bien structuré. Une bonne constitution qui assure des possibilités de vieillissement, d’évolution – un film, par exemple.
Le corps : Dense ; solide et fragile à la fois.
L’équilibre : La tension et les sentiments s’équilibrent mutuellement, et procurent un agréable vertige.
La franchise : Sans défaut ni ambiguïté. L’empathie comme la cruauté de certains personnages (on ne vous dira pas qui) sont sincères.
La garde : Bonne aptitude au vieillissement (voir La charpente). Idéal à consommer maintenant et à nouveau dans un an, en poche.
L’harmonie : Tout est parfaitement équilibré et confère à l’ensemble une véritable harmonie justement, des rapports heureux – et parfois douloureux – entre les différents caractères, allant bien au-delà du simple équilibre. On retrouve le bien et le mal, audacieusement opposés.
La longueur : Bien que ma lecture soit récente, le texte laisse une impression plaisante et persistante après la dégustation. On peut dire aussi qu’il est d’une « bonne longueur ».
Le millésime : 2017. Année parfaite.
L’ouverture : Texte épanoui, prêt à être lu immédiatement.
Bonne dégustation.

** Article écrit  le 6 octobre 2017.
*Un appartement à Paris,
de Guillaume Musso. Éditions XO (pour la dernière fois). En librairie depuis le 30 mars 2017.

Le fleuve Haenel.

Yannick Haenel

Rentrée littéraire 2017. J’ai découvert Haenel il y a trois ans avec Le Sens du calme, moi qui suis plutôt de la famille des agités, et j’avais alors été littéralement transpercé par ses mots – par sa langue devrais-je dire, car au-delà des dix-sept moments de ce livre, ni chapitres, ni anecdotes, ni chroniques, il y avait une musique pour moi nouvelle, du baroque italien mâtiné de REM, quelque chose d’inédit, une terre que vous avez l’impression d’être le premier à fouler. Aussi ai-je lu avec beaucoup d’espoirs ce Tiens ferme ta couronne* paru il y a quelques semaines dans le chaos de la Rentrée littéraire.
Haenel s’y invente un double prénommé Jean, auteur d’un scénario de sept cent pages sur Herman Melville (sept cents pages pour un scénario cela signifie peu ou prou un film de sept heures), scénario qui, bien entendu ne trouve pas preneur jusqu’au jour où un ami lui donne le numéro de Michael Cimino que Jean appelle, puis rencontre à New York – un authentique moment de grâce littéraire.
Et voilà le torrent qu’attendait Haenel pour déployer sa musique, y ajouter des chœurs, des curiosités, des égarements, y faire montre de sa passion pour le cinéma américain (The Deer Hunter et Apocalypse Now y sont passés à son intarissable moulinette), de son goût pour les fellations dont on le gratifie et de cette culture qui pousse dans son texte, comme du chiendent, et dans lequel il aime à se laisser prendre ; voilà le torrent à nouveau inclassable, en furie, cet amour immense me semble-t-il de Haenel lui-même pour son eau, ses courants, ses imprévisibilités. Tiens ferme ta couronne n’a pas eu bonne presse auprès des lecteurs de Babelio, sans doute parce que ce n’est pas un roman, pas un récit, pas une biographie, c’est un chaos magnifique, le livre de (trop ?) d’amour d’un auteur à son travail. Il faut le lire comme le premier livre qu’on lirait, un livre qui ne réfèrerait à rien de connu et se laisser emporter par le courant. Mais c’est vous qui voyez. Ah, un dernier point, la lettre que lit Léna à l’enterrement de sa sœur est d’une très grande beauté – je trouve.

* Tiens ferme ta couronne, de Yannick Haenel. Éditions Gallimard. En librairie depuis le 17 août 2017. Sur la liste du Prix de l’Académie Française. Finaliste du Goncourt, finalement Prix Medicis.