Archive | Bouquins.

Jean est passé.

Ce n’est probablement pas le meilleur scénario* de la série Blake et Mortimer, ni même un « Blake et Mortimer », c’est bien autre chose. De toute la série, c’est sans doute l’album le plus crépusculaire. Le plus poétique. Le plus sombre. Non pas grâce aux mots mais aux dessins de François Schuiten qui ne cherche pas à décalquer E.P. Jacobs, mais à le réinventer à sa sauce. Un dessin noir, cruel, qui montre les corps fatigués des héros et non pas leurs silhouettes solaires, pimpantes, comme on a pu les voir dans Les Sarcophages du 6ème continent, par exemple, où le jeune Mortimer gambade derrière une jeune fille, leurs visages poupins ; ici rien de tel, juste des personnages épuisés (de sauver le monde, sans doute). Comme la chair est triste quand elle se fait grise. Ainsi le beau capitaine Blake apparaît émacié, comme aspiré de l’intérieur, et le visage que lui prête Schuiten m’a évoqué celui du regretté Jean Rochefort, période Tandem, période Floride, et il m’a semblé le voir une dernière fois, comme un spectre, une tristesse à ne plus être là, un rire magnifique qui s’est tu. Alors je crois que Le dernier pharaon, c’était lui. Jean Rochefort. Jean qui passe. Pour le reste, c’est une histoire abracadabrante selon laquelle les Égyptiens auraient construit une pyramide à Bruxelles. On s’en fout.

*Le dernier pharaon, scénario de Jaco Van Dormael, Thomas Gunzig et François Schuiten, dessins de François Schuiten. Éditions Dargaud, coll « Blake et Mortimer ». En librairie depuis le 29 mai 2019.

Deux kilos deux (de talent).

Probablement, pour moi, la plus grande claque de cette rentrée littéraire chez Lattès. Un premier roman 1 (même si ce n’est pas le premier livre de Gil Bartholeyns, maître de conférences à l’université de Lille et déjà lauréat de plein de choses impressionnantes 2) mais surtout un grand roman. Un roman habité, hanté même, comme le sont Fargo des frères Cohen et les films des frères Dardenne ; un roman qui lie en un destin commun les frères (on y revient toujours) humains et les frères animaux, dans une ambiance de neige, d’immensité et d’intimité à la fois, au cœur des cinq mille hectares des Hautes-Fagnes, outre-Quiévrain.
Deux kilos deux, qui donne son titre à ce livre incroyable – 2,2 kg est le poids moyen d’abattage d’un poulet –, est l’histoire d’un vétérinaire qui, dans ce coin de Belgique traversé par une tempête de neige, enquête sur des malversations possibles dans un élevage/abattage de gallinacées et va se retrouver, malgré lui, à nous guider dans la folie de ce monde qui fait dire à Bartholeyns qu’il est conçu pour faire vite, mal et beaucoup, malgré nous, à nous faire voir notre civilisation qui marche sur la tête. À la fois chant écolo, polar (« poular », comme dit un ami de l’auteur), thriller triste, Deux kilos deux est surtout la rencontre d’un homme avec des hommes qui ne lui ressemblent plus, avec un monde qui ne s’aime plus.
S’il existe des romans noirs, celui ci, parce qu’il se passe aussi sous la neige, pendant cinq jours, devrait être un roman blanc. Un roman à partir duquel on peut réécrire nos vies. Et réinventer le monde.

1. Deux kilos deux, de Gil Bartholyens. Éditions JC Lattès. En librairie le 21 août 2019.
2. Prix du Rayonnement international de l’Université libre de Bruxelles (2007). Chaire d’excellence CNRS/Université Visual Studies (2010-2015). Délégation au CNRS 2015-2016. Congé pour recherches ou conversion thématique (année académique 2018-2019). Prime d’encadrement doctoral et de recherche, Centre national des universités (2018-2022)

La fabrique de l’Alma mater.

Je me souviens d’un débat au Salon du livre de Montréal il y a quelques années. Je partageais la tribune avec un écrivain et un poète quand soudain, dans le public, une femme apostropha le poète qui parlait, il est vrai, de façon très imagée, à deux doigts même de l’ampoulément, elle lui dit à peu près ceci : Oh, arrêtez avec vos grands mots, vos poésies, là, personne n’y comprend rien. Ce à quoi le poète lui répondit : madame, la poésie ne se comprend pas, elle se soupçonne.
Eh bien c’est très exactement dans ce soupçon-là que se situe le terriblement beau premier roman de Constance Joly*. L’histoire étrange et douce d’une petite fille de quatorze ans qui se meurt d’un mal mystérieux, inexplicable – une melancholia sans doute, une épineuse qui pousserait dans ses jeunes poumons. La médecine est muette, le chagrin d’Alma sa mère immense. Et si les mères ne donnaient pas que la vie ?
Et voilà Alma qui découvre, dans une vieille Botanique de 1926, qu’un chardon avait un jour de 1903 poussé dans le thorax de jumelles (Marthe et Rosalie S.) et que l’éloignement de l’une avait à l’autre laissé la vie ; et la voilà à comprendre, avec effroi, avec joie, ce qu’être mère veut dire, ce que l’amour d’une mère veut dire, de quelle confiance folle il se nourrit, à l’instar d’une racine de n’importe quelle Asteraceae. On ne peut être qu’en vie pour donner la vie. Le matin est un tigre est le grand roman poétique d’apprentissage d’une mère. Un magnifique soupçon.

*Le matin est un tigre, de Constance Joly. Éditions Flammarion. En librairie depuis le 9 janvier 2019.

Plus joyeux que féroce.

Je suis assez Chalandon groupie – c’est dire si j’attendais son nouveau texte avec une joie impatiente. On savait qu’il allait y parler du cancer – géranium, dans le livre –, une férocité qui s’est approchée bien près de sa vraie vie, on ne savait pas qu’il allait en fait un roman qui appartiendrait à cette grande famille de livres qui « font du bien ». Les feel good.
Jeanne a un cancer du sein. Son mari Matt la quitte parce qu’il ne supporte pas. En chimio, elle rencontre Brigitte, cancer du vagin, cœur sur la main, mots doux au bord des lèvres. La seconde recueille la première, comme on cueille un chiot mouillé. Apeuré. L’installe chez elle où vivent Assia, son amoureuse, et Mélody, cancer aussi. Le recueillement renforce. Comme chez Barbara Constantine, la solidarité joue à fond entre les quatre femmes. Leurs points communs (cancers, problèmes de mecs et d’enfants) les étayent. On fume des pétards. On picole. On rit et on pleure. Et voilà que pour aider l’une d’entre elles, elles décident d’un braquage. Un braquage charmant comme l’était celui de Lelouch dans le merveilleux La Bonne année. Des faux pistolets, des perruques et des bons sentiments. C’est joyeux. Habile. Malin, même. Avec chute lacrymale. Anatidé qui glisse vers son destin. Le tout porté par l’écriture extraordinaire de Sorj. Ses formules capables, dans le même petit paragraphe, de nous faire rire et de nous arracher une perle d’eau. Une joie féroce est un livre de tristesse et de bonne humeur. Quelque chose de confortable entre Sweet November et Et puis Paulette. Un vrai plaisir dans cette rentrée littéraire qui s’annonce bien sombre.

*Une joie féroce, de Sorj Chalandon. Éditions Grasset. En librairie depuis le 14 août 2019.

« Il n’a pas soif qui de l’eau ne boit. »

Ainsi donc, après avoir repris les histoires de Barbe Bleue et de Riquet à la houppe, voici que Amélie Nothomb s’empare des dernières heures de la vie terrestre de Jésus et nous raconte*, à la première personne (il est vrai qu’on ne peut faire moins quand on est Jésus), sa crucifixion avec des envolées dignes du facétieux Jean-Louis Fournier** : Franchement, là, si je voulais ressusciter, j’en serais incapable pour une raison simple : je suis épuisé. Mourir fatigue (page 121).
Je ne sais s’il s’agit là d’un roman ou d’une pochade***, mais à l’évidence d’un très court texte autour de l’idée que la soif, « ce gobelet d’eau » qu’on porte à ses lèvres assoiffées quand on a soif, c’est Dieu.
À peine commencé, le texte se termine (il est très court, je vous l’ai dit), sur cette constatation implacable : Au commencement, je croyais à la possibilité de changer l’homme. (…). Les gens changent seulement si cela vient d’eux et il est rarissime qu’ils le veuillent réellement (page 150). Je suis donc resté un peu sur ma faim – enfin, ma soif – avec ce texte certes bien agréable à lire comme toujours chez Amélie, et, le reposant, me suis demandé si je n’avais pas raté quelque chose. Aussi, comme en vérité il est dit que Dieu n’abandonne jamais ses ouailles, je le relirai dans quelques temps, en espérant qu’il sera cette fois mon Buisson Ardent, ma rencontre divine sur le chemin de Damas – comme il l’a été pour Bernard Pivot qui est allé jusqu’à parler de « résurrection de Nothomb ». Qui du coup, l’a inscrite sur la liste du Goncourt. Un véritable miracle, en somme.

*Soif, de Amélie Nothomb, 152 pages. Éditions Albin Michel. En librairie le 21 août 2019. Rentrée littéraire 2019 (comme chaque année depuis 27 ans).
**Le C.V de Dieu et Satané Dieu ! de Jean-Louis Fournier, tous deux au Livre de Poche
*** « Œuvre littéraire écrite rapidement – parfois de façon burlesque », selon les dictionnaires. (À ne pas confondre avec pochetronnade).

L’increvable mère de Bambi.

Dans la brochure de la Rentrée Littéraire 2019 de Grasset, Mathilde Forget explique que ce livre naquit, entre autres, d’une rencontre avec un livre. Il s’agit de L’inceste, d’Angot (et il est presque plaisant de voir que cette femme ait pu inspirer quelque chose de bien après tout le mal qu’elle fit aux livres à la télévision), et donc d’une envie d’écrire sur la mère.
Dans ce premier roman brillant*, où l’écriture nous cueille d’un sourire quand on voudrait pleurer ou d’un cri quand on voudrait embrasser, Mathilde Forget, en très bonne compositrice qu’elle est par ailleurs**, déroule une partition audacieusement créative, faite de ruptures, de digressions, de jubilations, et nous offre une enquête passionnante puisqu’elle est davantage une quête, c’est-à-dire un chemin qui mène à soi, que la résolution des raisons d’un crime – fut-il dirigé contre soi.
À la demande d’un tiers est un livre d’amour et de folie, d’enfance dont on ne guérira jamais parce qu’on y a croisé un jour ce « connard de Bambi », son insupportable larmichette quand le chasseur tue sa mère, car vivante ou pas une mère ne meurt pas et c’est bien là ce qui nous empêchera à jamais d’être tout à fait heureux. Chapeau.

*À la demande d’un tiers, de Mathilde Forget. Éditions Grasset. En librairie le 21 août 2019.
**Mathilde Forget a reçu le Prix Paris jeunes talents en 2014 pour son EP de chanson « Le sentiment et les forêts ».

« Je chante un baiser osé/Sur mes lèvres déposé ».

Il y a un petit côté Rouletabille, l’enquêteur de Gaston Leroux, dans la dernière fournée* de Jérôme Attal, un côté farceur, sacrément romantique, diablement joyeux.
Ainsi voici notre Rouletabille – de son vrai nom Joseph Joséphin, fils de Joe J. dans le livre (comme c’est bizarre) – qui part à la recherche d’un baiser ou plus exactement d’une jeune sonneuse de cloche qui aurait donné un baiser à François-René de Chateaubriand, à son insu, en 1793, lequel baiser, comme un tintement, est évoqué dans Les Mémoires d’outre-tombe, au livre X. On l’aura deviné : cet incertain et doux souvenir est prétexte à Jérôme pour développer une comédie romantico-historique, truffée d’espiègleries langagières, ainsi ce « Je vous aime puisque vous êtes aimusant » (page 245), ou cette discussion entre un modèle du peintre Boudin et un autre de Monet : « Votre robe ne vous boudine pas trop ? – Et la vôtre, c’est un emprunt ou vous l’avez payé avec votre propre Monet ? » (page 169) ou encore ce : « Ne me dites pas qu’en France vous ne connaissez pas Gog et Magog ? – En France, je ne connais que des démagogues » (page 123) ; un livre léger, virevoltant, comme le fut Les mariés de l’an II, le film du formidable Jean-Paul Rappeneau, le tout ici ponctué de gracieusetés : « En amour, toute demande d’explication est prise pour une plainte «  (page 116) et « On retient pour toujours ce qui nous échappe à jamais » (page 195). Bref, La petite sonneuse de cloches est un hommage fiévreux de l’amour de son auteur à l’imagination et à l’univers des romans, là où, précise-t-il dans ses remerciements, tout à coup sérieux comme un Pape, il « loge tout son cœur ».

*La petite sonneuse de cloches, de Jérôme Attal. Éditions Robert Laffont. En librairie le 22 août 2019. Rentrée littéraire 2019.
Le titre de cette chronique est extrait de la chanson « Le baiser » de Alain Souchon (Virgin).

Grisham chez Gallimard ?

J’aime bien les romans de Grisham. L’affaire Pélican 1. La Firme 2. La Confession 3. L’insoumis 4 – et tant d’autres. Dans son dernier livre où le titre* semble cette fois lorgner vers quelque chose de plus littéraire, il est fidèle à la recette qui a fait son succès. Et sa fortune.
Les choses humaines 5met en scène une famille bourgeoise, médiatique (papa est une sorte de PPDA), décadente, relativement antipathique (un peu comme les Rugy 6), au fond pitoyable, laquelle famille voit son étoile pâlir à cause d’une accusation de viol contre le fils.
Le voici, le fils. Alexandre, 22 ans, promis à un avenir brillant – université américaine en vue, premier job un jour à 350.000 dollars, quelques grammes de cocaïne de temps à autre, un épisode anorexique, une tentative de suicide, histoire d’humaniser l’héritier –, est accusé de viol par Mila, la fille du nouveau compagnon de sa mère.
Grisham, en écrivain roué qu’il est, et afin d’inscrire son livre dans cette contemporanéité littéraire à la mode et apparaître dans les petits papiers de tout le monde, fait de nombreuses références aux affaires Lewinsky et Weinstein 7, à #BalanceTonPorc et à #MeToo et nous livre à son habitude un roman judicaire bien ficelé, un bon moment d’entertainement, un page turner – avec un suspens un peu éventé puisque la quatrième de couverture dit tout à qui sait lire entre les mots : « Car qui est à l’abri de se retrouver un jour pris dans cet engrenage ? ».
Mais pourquoi diable ne pas avoir sorti ce texte en avril ou en juin, pour  les terrasses de café, pour la plage, au moment des Grangé, Bussi, Nimier et Connelly, plutôt qu’en cette rentrée littéraire, car dans le genre roman judicaire auquel il appartient, on est ici bien loin d’Ivan Jablonka et son implacable Laetitia ou la fin des hommes 8. Est-ce parce que Grisham a signé celui-ci du nom de Karine Tuil ?

1, 2 et 3. Édités chez Robert Laffont.
4. Édité chez Jean-Claude Lattès.
5. Les choses humaines, de Karine Tuil. Éditions Gallimard. En librairie le 22 août 2019.
6. https://www.lexpress.fr/culture/livre/le-roman-vivre-ensemble-d-emilie-freche_2030637.html
7. L’affaire Epstein et son « suicide apparent » n’avait pas encore heurté la population.
8. Éditions du Seuil, Prix Médicis 2016. Prix Littéraire du Monde 2016. Prix des Prix Littéraires 2016. Également en Points Poche depuis le 7 septembre 2017.