Archive | Bouquins.

Les feuilles mortes.

Marie en a rien à foutre de rien.
Pas même du truc dans son bide.
Corentin, qu’il s’appelle. Le truc.
Alors elle le fourgue à l’Augustine. Une vioque du village. L’arrière grand-mère peut-être. On verra plus tard.
La Marie s’enfuit. Le Corentin grandit. Là. Près de la forêt.
Puis un jour, c’est fini. Le monde qu’on connaît. C’est la fin du monde. D’un coup.
La sixième extinction.
Plus de soleil. D’insectes. D’écailles brillantes de poissons dans la rivière. Le temps d’avant, tout ça. Parti. Les hommes. Tous ont péri.
Corentin reste seul avec la vioque. Arrive Mathilde. Triste. Grise. Cernée. Enfants et mari envolés dans la grande extinction. Un monde à trois.
Parfois on croise des vivants. Affamés. Méchants. Des chiens. Des loups. Des meutes d’emmerdes.
Toujours trois, le petit peuple des forêts.
Puis la Mathilde est grosse. Des jumeaux. On leur file des noms d’étoiles vu que les étoiles ont filé. Et quatre autres étoiles encore. Six mômes. Qui grandissent pendant dix-huit ans. Dans un monde vide.
Un jour une meute s’approche. Des humains peut-être. Sans humanité. Ça finit en boucherie. C’est normal. On a faim. Et puis la fin. Vers l’ouest.
Ainsi écrit-elle.
Sandrine Collette.
Et toujours les Forêts*.
C’est son I am a legend** à elle. Sa Route *** empruntée.
Un roman dans la famille des livres post-apocalyptiques. Des bouquins désespérés. Sublimes à la fois. Où l’homme est une sorte de bête finissante. Où le monde a besoin des prochains dix mille ans pour se refaire une santé. Mais sans nous.
L’espoir du livre c’est sa place parmi les cinq finalistes du Prix RTL/Lire. C’est la plus belle lumière que je lui souhaite.

*Et toujours les Forêts, de Sandrine Collette. Éditions Lattès. En librairie le 2 janvier 2020.
**De Richard Matheson. Éditions Gallimard.
***De Cormac McCarthy, Prix Pulitzer. Éditions de l’Olivier.

Un manuscrit qui tue.

Revoilà enfin Antoine Laurain, vingt-et-un mois après son Millésime 54 1, avec un manuscrit jubilatoire, Le Service des manuscrits 2 mais qui, en réalité, s’appelle Les Fleurs de sucre, lequel manuscrit arrive au service du titre de celui-ci, enthousiasme toute la maison d’édition, qui s’empresse de contacter l’auteur, mais voilà que l’auteur n’a donné qu’une adresse mail, qu’il ne répond que rarement ou très brièvement, le livre est publié à la Rentrée Littéraire et badaboum, le voici parmi les quatre finalistes du Goncourt, et toujours pas d’auteur sous la main pour aller récupérer le prestigieux prix place Gaillon, si d’aventure le roman l’obtenait.
Jusque là tout va bien.
Là où les choses prennent un tour simenonien c’est que, parallèlement à ces joyeuses nouvelles littéraires, sont découverts deux corps assassinés, bientôt un troisième. Puis un quatrième, mais chut. Et voilà que l’enquêtrice (qui rime avec lectrice), tombe sur Les Fleurs de sucre et y lit, ahurie, la description des crimes sur lesquels elle travaille. Et là où les choses se compliquent vraiment, c’est qu’en l’absence d’auteur comment explique-t-on que ces crimes soient décrits dans un livre avant même qu’ils aient été commis ? Eh bien la réponse se trouve dans le grand art d’Antoine : la malice – au sens où elle est « la tournure d’esprit de celui la personne qui prend plaisir à s’amuser aux dépens d’autrui ». Et autrui, c’est nous. Donc Antoine nous balade le long de ces rives littéraires3 et criminelles, deux rives tout aussi dangereuses l’une que l’autre. Nous manipule. Et nous, émerveillés, on en redemande.

1. Millésime 54. Éditions Flammarion (2018). Et en J’ai Lu le même jour que Le Service des manuscrits. Malin.
2. Le Service des manuscrits, de Antoine Laurain. Éditions Flammarion. En librairie le 8 janvier 2020.
3. À ce propos, la description des repas éditeurs/auteurs est un régal.

Préférer attendre.

Voici un premier roman* courageux. Il parle du deuil, « des peines dont ne peut faire aucune œuvre, dont rien ne pourra jamais vous délivrer. On ne peut pas faire de littérature avec ce genre de deuils » (page 174). Une mère qui a perdu son fils s’installe dans l’hiver avec sa fille qui elle aussi a perdu son  fils. Le cœur glacé, les corps froids survivent dans une cabane perdue dans une forêt où passent des biches et des brigands. Elles attendent. Ce livre est une attente. Ce texte est une neige tombée sur une glace. On attend avec ces deux femmes. On attend le dégel. Préférer l’hiver est un livre curieux. Agaçant et poétique. Il possède la lenteur d’un interminable dégel justement, et parfois des fulgurances de printemps. Il appartient à ces livres dont la narratrice dit, page 41 : « Je ne cherche pas à ce que l’on me raconte une histoire. Je veux que cela soit divinement écrit ». Je ne sais pas si Aurélie Jeannin touche au divin mais ses envols parfois sont bouleversants. Des lumignons qui réchauffent le désert blanc de ces deux vies irrémédiablement abandonnées à la glace brûlante du deuil.

*Préférer l’hiver, de Aurélie Jeannin. D’abord publié sur Internet où il a obtenu le Prix des étoiles Librinova en février 2019. Puis édité chez HarperCollins, dans la nouvelle collection « Traversée ». En librairie le 8 janvier 2020.

Un livre rempli de mots.

J’ai, comme beaucoup d’entre vous j’espère, la joie de suivre Nicolas Delesalle depuis son premier roman, en 2015, Un parfum d’herbe coupée, un inoubliable parfum d’enfance, et j’avais alors pressenti que le gaillard aimait les mots. Comme un dingue. Et voici que dans son quatrième roman, N’habite plus à l’adresse indiquée, sous prétexte d’une histoire de factrice qui reçoit des lettres d’amour anonymes, il écrit non pas l’écrit mais la parole. Il écrit le fleuve de mots dans la bouche du narrateur – facteur lui-même, donc passeur de mots et de lettres. Et va jusqu’à créer un personnage bouleversant, Martin, qui se trompe de mots parce que le chagrin vous met parfois la tête à l’envers – exemple, page 80 : « Il disait souvent à sa femme qu’elle était apologique, quand elle ne comprenait pas ses explications ». C’est le premier des livres que je lis qui a autant de mots. Le narrateur-facteur donc, avec plus de mots qu’il n’en faut, mais dieu qu’ils sont beaux quand ils claquent, et chantent, et dansent comme à chaque page, raconte à une femme dans un bistrot, l’histoire de Sissi la factrice, des lettres anonymes qu’elle reçoit, de l’enquête de ses amis pour démasquer le corbeau, façon Club des 5 il est vrai, mais la nostalgie d’une certaine enfance n’est jamais loin chez Nicolas, et nous réserve, après ce tourbillon de mots, cette cascade jubilatoire, une chute inoubliable d’émotion, d’inattendu et d’intelligence. Quand un auteur grandit autant de livre en livre, il n’y a pas de raison qu’il ne parvienne un jour à décrocher une étoile.

*N’habite plus à l’adresse indiquée, de Nicolas Delesalle. Éditions Préludes. En librairie depuis le 2 octobre 2019. Tous les romans de Nicolas sont publiés chez Préludes. Puis au Livre de Poche.

Goncourt 2019.

Ainsi donc, le vainqueur aura pour une fois été celui que la presse pressentait : Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon 1, de Jean-Paul Dubois – titre extrait du dernier sermon prononcé par le père du narrateur (page 134), un pasteur qui tente alors de justifier de ses filouteries financières. Voici donc l’histoire de Paul Hansen, fils d’un pontife danois peu regardant sur l’argent des troncs de son église et d’une femme d’une « spectaculaire beauté » (page 139) qui, de la cellule de prison où il est enfermé pour deux ans, en compagnie d’un Hell’s Angel costaud, une bête pétrie de poésie et de fureur, il nous raconte sa vie, ses amours, son boulot à l’Excelsior, un condominium dont il avait la charge jusqu’au drame qui l’a conduit ici et dont on ne découvrira la nature que dans les dernières pages. Tous les hommes… n’est pas un polar. Pas un thriller. Pas un page-turner. Pas un livre de suspens. Pas plus qu’un texte à clé ou à rebondissement. Pierre Vavasseur, du Parisien, l’avait à sa sortie qualifié de livre « mélancolique » et je crois que c’est l’adverbe qui lui convient parfaitement. Dubois, à son habitude (souvenons-nous de l’excellentissime Une vie française 2, Prix Femina 2004) aime à compiler les souvenirs, la nostalgie des choses, la fragilité des êtres, dans un style épatant qui mêle l’humour 3 et l’encyclopédisme. Ainsi, avec ce livre, vous saurez tout sur la NSU birotor, Ro 80 (page 43). La Honda Civic de 1974, 600 kg, 3,54 mètres de long (page 99). L’origine du film Deep Throat et l’histoire de son réalisateur pauvre, Gérard Damiano. La source québécoise de l’amiante, à Thetford Mines (pages 81 et suivantes). Les Harley Davidson modèles Fat Boy (page 180) et Softail Slim (page 168). Le petit avion Beaver DHC 2 (page 169) et de ses différents trains d’atterrissage. Et l’huile de vidange pour voiture (page 143), Valvoline Motor Oil, Amsoil, Quacker Sate Oil ou encore la Pennzoil. Mais rassurez-vous. Au-delà de cette érudition de brochure, le formidable talent d’écrivain de Dubois parvient à tracer le portrait d’un homme inoubliable. Un mélancolique. Un rêveur. Un amoureux. Un frère humain.

1. Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon, de Jean-Paul Dubois. Éditions de l’Olivier. En librairie depuis le 14 août 2019. Prix Goncourt 2019.
2. Une vie française. L’Olivier (2004). Points (2005).
3. Exemple, à propos de la petite Honda (page 99) : « Elle est cosy et il y a de la place dedans à conditions de ne pas porter de montre ».
4. https://fr.pornhub.com/view_video.php?viewkey=ph5a3bc99c28e01 Bon film.

Sur l’affaire Springora-Matzneff.

J’ai eu la chance de recevoir un exemplaire du récit de Vanessa Springora, Le Consentement 1, avant que celui-ci ne soit sur les tables des libraires. Je l’ai donc lu avant de lire tous les articles qui sortent depuis quelques jours, cette diarrhée de papiers qui atteint même les journaux qui se faisaient, comme Le Monde en 1977, ou des écrivains qui trouvaient alors cela normal qu’une fille de quatorze ans se « sacrifie » à l’œuvre de l’artiste (page 142), n’est-ce pas mon cher Cioran ? les chantres des mœurs de Matzneff, ce tout petit Mr. Propre qui se prenait « pour l’as des as, le meilleur des amants, [mais] ce qu’il était pathétique en réalité ! » (page 198). Vanessa Springora raconte dans une langue d’une pudeur époustouflante son histoire avec le minuscule Mr. Propre, peau lisse, crâne rasé, obsédé par son image, « Deux fois par an, G2. se rend dans une clinique suisse spécialisée où il se nourrit presque exclusivement de salades et de graines, où  alcool et tabac son bannis, et d’où il revient chaque fois rajeuni de cinq ans » (page 118), cette histoire dans laquelle elle s’englue malgré elle, avec l’assentiment de sa mère (ah, certaines mères, souvenons-nous de celle de Flavie Flament qui la livrait3 littéralement à un autre pédophile notoire, David Hamilton) et de laquelle elle se sauvera le jour où elle comprendra les mensonges, l’emprise, la méprise et au fond toute la violence de Mr. Pas Propre à l’endroit même de l’enfance. Je vous laisse lire les articles, les commentaires, ils sont partout, comme des rats, à propos de cette terrifiante affaire où le silence de toute une caste est plus que flippant – eh, G4, réveille-toi, arrête de publier l’apologie de la pédophilie, du tourisme sexuel, cesse tes complicités malsaines, elles sont des encouragements. Il y a juste une chose que je voulais vous dire, en fait. On connaissait tous les dégueulasseries du bonhomme. Mais je croyais que Matzneff était mort. Mais mort. Vraiment. Comme ces gens dont on n’a plus vraiment de nouvelles depuis un certain temps et à propos desquels on s’exclame un jour, parce qu’on vous en parle : Mais, il est pas mort, lui ? Des gens dont on se fout, à vrai dire. Et donc, croyant qu’il était mort, j’étais triste. Parce que je ne pouvais plus lui dire de son vivant qu’il est une immense daube. Que son « art » ne justifie en rien ses crimes. Alors, puisque tu es vivant, Mr. Pas bien Propre, je te le dis. Tu es ce que l’homme est de plus chien.

1. Le Consentement, de Vanessa Springora. Éditions Grasset. En librairie le 2 janvier 2020.
2. Dans le livre, V (Vanessa), nomme Gabriel Matzneff pat la lettre G. et parfois G.M
3. La Consolation, de Flavie Flament. Lattès, octobre 2016. Le livre de poche, mai 2017.
4. G comme Gallimard*, cette fois : http://www.gallimard.fr/Contributeurs/Gabriel-Matzneff
PS: L’affaire ne fait que commencer: https://www.lefigaro.fr/actualite-france/matzneff-le-parquet-de-paris-ouvre-une-enquete-20200103
* Finalement, huit jours après, l’éditeur réagit. Comme on interdit la vente d’allumettes après un incendie de forêt: https://www.lefigaro.fr/flash-eco/gallimard-arrete-de-commercialiser-le-journal-de-gabriel-matzneff-20200107

 

Le roman des fêtes et défaites.

J’avais pour habitude, jusqu’à il y a quelques temps, de regarder un grand film en famille à Noël. Mais voilà. Les enfants ont grandi, se sont installés ailleurs, jusqu’en Argentine, et regardent désormais Netflix. Alors je me suis tourné vers les livres, à la recherche d’un grand livre, comme il y a des grands films, et j’ai découvert Aurélien* du grand Aragon, l’histoire d’un jeune homme revenu fourbu de la Première Guerre et qui ne retrouvera jamais vraiment sa place dans un monde bouleversé. Il y erre comme une feuille que le vent fait tourbillonner, se poser sur les cœurs des femmes car il est joli cœur, s’envoler de nouveau, rejoindre les nuits bruyantes de Pigalle, de la place Blanche, des filles qui attendent le chaland comme on attend un mandat ; une feuille que le souffle de la vie bourgeoise et artistique de ce Paris d’entre-deux guerres, conduit aux soirées folles où se côtoient folles et malandrins, promesses, filouteries, victoires et désillusions, tout un monde de tromperies, duperies, vacheries. Et voilà qu’Aurélien croise Bérénice, « La première fois qu’Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide. Elle lui déplut, enfin » (page 27 sur mon Kindle). Mais c’est sans compter sur le désir. Le mystère. L’impossibilité d’aimer. Aragon écrit, page 394 – toujours sur mon machin : « Les femmes avec lesquelles on couche, ce n’est pas grave. Le chiendent, ce sont celles avec lesquelles on ne couche pas ». Le livre est là. Dans cette défaite sublime. Bérénice, amoureuse de l’amour et Aurélien, amoureux de Bérénice, se croisent, se lient, se délient, comme on le dirait de fils de laine, sans jamais tricoter une route entre eux. Les deux souffrent. Lui de sa crasse. Elle de sa pureté. Et le jour enfin où elle vient s’offrir à lui, il sort grisé encore des bras d’une grisette. « Nous n’avons plus rien en commun », dira-t-elle. Alors Aurélien va errer dans ce Paris des surréalistes. Sa joie va s’éteindre. Son pas s’alourdir. La fête qu’était la vie est une défaite. Le couple une aventure impossible. Bérénice prendra finalement un amant. Un gamin. Puis retournera, brisée, auprès de son pharmacien de mari auquel il manque un bras – pas d’héroïsme guerrier ici, juste un accident, un vide qui fera dire à la femme perdue, alors dans les bras de son godelureau : « Tu ne sais pas comme c’est merveilleux un homme qui a ses deux bras ». Aurélien affrontera enfin la vraie vie. Partira travailler dans une usine à Lille. Fin. Triste. Un fatalisme presque provincial. Mais voilà que Aragon, après 650 pages virtuoses, d’une écriture ébouriffante, ajoute cet Épilogue. Un air de Wharton soudain. Une gravité nouvelle. On est dix-huit ans plus tard. La France a perdu. Les vainqueurs sont là. Le vieux maréchal a demandé à ce qu’on les accueille avec respect. Les Français fuient au Sud. C’est la débâcle. Tout un peuple qui est perdu. Avec sa compagnie, Aurélien s’installe dans la petite ville de R. – où résident Bérénice et son mari. Ils se revoient. Derrière les mots de défaite d’Aragon, on entendrait presque une musique de Michel Legrand, une sorte d’Un été 42, mais surtout, on se surprend à ne plus rien attendre des amants, ne plus rien rêver pour eux – comme eux, on a perdu, renoncé à se battre, à l’image de cette France qui meurt, dont l’absence de résistance, de combat, tue Aragon. Tue chacun de nous. Aurélien, c’est notre défaite à tous. C’est aussi en cela que le livre est d’une actualité tragique. (Pardon d’avoir été un peu long, mais résumer 700 pages, pas simple). Bon Noël à tous !

*Aurélien, de Louis Aragon. Éditions Gallimard (1944). Puis Le Livre de Poche (1964). Puis Folio (1986). Puis Kindle (2015).

Le bal des folles.

Voici l’un des romans* les plus romantiques que j’ai lu depuis longtemps. Tous les ingrédients sont là. Un décor majestueux (la Salpêtrière à Paris). Une époque et des costumes (nous sommes en 1885). Une héroïne au prénom d’héroïne (Eugénie). Une injustice (parce qu’elle voit et entend des morts – au passage, passages magnifiques –, on la fait interner). Une méchante qui va retourner sa veste (Geneviève, infirmière très à cheval sur le règlement découvrira qu’Eugénie n’est pas folle et l’aidera à se sauver). Un sauvetage, justement (bel happy end). Un sacrifice (Germaine donne sa liberté pour que Eugénie recouvre la sienne). Un enjeu (la liberté des femmes). Des personnages secondaires épatants (Louise, Thérèse). Une figure historique (Charcot, qui met en scène les hystéries de ses aliénées). Et un bon paquet de ploucs (le tout-Paris qui se rue au bal de la mi-carême, donné à l’hôpital, où il peut frissonner d’approcher les folles). Avec ce premier roman parfaitement maîtrisé (à l’exception d’une curiosité**), Victoria Mas nous offre une série de portraits de femmes sublimes ainsi que le scénario d’une efficace série télé puisqu’il provoque indignation, larmes et soulagement. Une histoire au secours des ces femmes enfermées, jusqu’au mitan des années 1970, au nom du bon vouloir de ces messieurs. Une perle de plus après Camille Claudel 1915 de Benoit Dumont, Augustine d’Alice Winocour et, plus violent, l’inoubliable et incontournable Magdalena Sisters de Peter Mullan. Bonne lecture et bons films.

* Le Bal des folles, de Victoria Mas. Éditions Albin Michel. En librairie depuis le 21 août 2019. Prix Renaudot des Lycées, 2019. Prix Patrimoine de la Banque Privée BPE 2019. On trouve par ailleurs, un Le bal des folles d’un certain Chartes-Étienne, publié en 1930, chez Curio et un autre Bal des folles, de Copi, publié en 1999 chez Christian Bourgois.
** Page 9, il est écrit à propos du personnage de Louise : « Le corps a grandi trop vite ; la poitrine et les hanches, apparues à douze ans, ont manqué de la prévenir des conséquences de cette soudaine volupté ». Et, page 44 : « Louise venait d’avoir quatorze ans (…) sa poitrine et se hanches avaient soudain pris forme ». Sacrée Louise.