Archive | Tous les articles.

Tiné airlines.

Le toujours regretté Michel Audiard disait « aimer les fêlés parce qu’ils laissent passer la lumière » et c’est cet amour qu’on retrouve dans le nouveau roman de Caroline Tiné, Tomber du ciel*, tout comme il était déjà présent dans son précédent livre**. C’est qu’elle les aime, les froissés, ébréchés, cassés, fracassés de la vie. Les voici à bord d’un Airbus A 380, le temps d’un Paris-Singapour. Une ex-hôtesse qui fuit une terrible histoire d’amour, un vieil homme qui s’échappe de celui qu’il était, roublard, manipulateur, une fausse rousse qui se dirige vers une nouvelle vie, une gamine Asperger qui a trop les pieds sur terre, un pilote qui voudrait rester toujours à bord de cet avion dont l’exploitation s’arrête, tous quittent quelque chose pour autre chose, un rêve, une rédemption, un apaisement, mais voilà qu’au dessus de l’Iran, de la Mer Noire, l’avion traverse une grosse zone de turbulences. À l’image de ce qui nous arrive parfois dans la vie. Tomber du ciel est une très belle métaphore des anges déchus que nous sommes à qui il va être donné de pouvoir voler de nouveau. Bon voyage à tous !

*Tomber du ciel, de Caroline Tiné. Éditions Presses de la Cité. En librairie le 17 septembre 2020 (et dans tous les aéroports).
**Le Fil de Yo. Editons Lattès (2015).

Invitée #46. Ginette Machon.

J’ai croisé Ginette il y a plus de trois ans maintenant au Festival du livre de la ville d’Hyères. Il faisait très beau, et très chaud. Trois mois plus tard, elle découvrait en Avignon, dans le Off, la version théâtrale de On ne voyait que le bonheur, avec Grégori Baquet et Murielle Huet des Aunay et m’écrivit ceci : « Le jeu de Grégori est très bien, celui de Murielle sublime », ajoutant même : « J’ai fait beaucoup de publicité car vous et ils le méritent ». Et voilà qu’il y a quelques jours, Ginette m’écrit pour me dire tout le bien qu’elle pense de mon dernier roman, et me recommander la lecture d’un livre d’une amie. Je lui ai donc proposé d’en faire à mon tour la publicité en l’invitant ici pour vous le présenter.

« Lumière*, quel titre ! Lumière, celle qui habille majestueusement le massif de La Sainte Victoire, celle qui porte la vie, qui ouvre l’espoir, celle reliée à la connaissance. Elle m’a accompagnée tout au long de la lecture de ce premier roman et illustre à merveille le thème de l’amitié, accidentelle, improbable, qui lie Ambre et Olivier. Les émotions ressenties sont très variées, toujours  très profondes. Les mots choisis par l’auteure sont emplis de délicatesse, de précision, de poésie même dans les moments sombres du roman. De fines descriptions, soit savoureuses de mets familiaux, soit très évocatrices de sites provençaux ou de scènes de la vie de tous les jours.
Un roman lumineux ».

*Lumière, de Christelle Saïani. Éditions Librinova.

Ceci est une rumeur.

Voici la nouvelle livraison de l’ami Frank Andriat, l’auteur qui écrit plus vite que je n’ai le temps de lire – déjà plus de cent livres à son actif, en plus d’un (ex-)métier chronophage de prof, mais c’est justement lorsqu’il se nourrit de cette vie d’enseignant qu’il est, pour moi, le plus brillant. Le plus efficace. Et à la fois le plus compassionnel. Il est alors capable de mettre à jour, comme personne, les malaises, les douleurs et les silences adolescents.
Dans ce Rumeurs, tu meurs !  (rumeur-tumeur) qui met en scène le harcèlement d’une élève de 16 ans (Alice) par un couple diabolique du même âge (Lena et Javier), Frank décortique, comme on autopsie, la glissade qui part d’un mot ou d’un regard de travers et finit dans la plus sinistre fange. L’ultime violence. Celle qui mène l’autre au dégoût de lui-même. Le tour de force de Rumeurs, tu meurs !  est d’être parvenu à contenir dans un huis-clos étouffant une histoire affreusement publique (du fait de l’exhibitionnisme effarant des réseaux sociaux). C’est dans la poudrière irrespirable de cette confrontation entre Alice et Lena-Javier que volent les mots, comme des poussières dans la lumière. Les mots qui tuent. Littéralement.
À l’arrivée un texte important à mettre entre les mains de tous les ados qui ont un compte Facebook, Instagram ou autre. Et surtout de leurs parents. Parce que si les mots tuent, ils sauvent aussi.

*Rumeurs, tu meurs ! de Frank Andriat. Éditions Mijade. Sortie le 10 septembre 2020.

Les chutes aussi sont belles.

Rentrée littéraire 2020. Voici un roman* pas tout à fait comme les autres puisqu’il tient également du reportage, du documentaire, de l’enquête et bien sûr du romanesque. Pas étonnant quand on sait que son excellent auteur est aussi un excellent journaliste et qu’il réunit ces deux excellences dans un texte d’une impérieuse humanité en ces temps de haine de l’autre. Kateb, le narrateur, est recueilleur de paroles. Ainsi écoute-t-il les autres, ces funambules de la vie qui, à un moment où à un autre, ont dérapé, glissé, chuté.. Et les bénévoles qui les aident. Il recueille leurs histoires pour qu’elles ne s’évanouissent pas dans le bruit du monde. Témoigner que chaque vie, même si on en est tombé, mérite la grâce d’un livre.
Dans Les funambules, Kateb suit les routes cabossées des uns et des autres, tous inoubliables, tout à la recherche de celle qu’il a profondément aimée. Mais ratée. Nadia. Son fantôme. Et plus il s’avance dans le cœur des autres, plus il s’approche d’elle. Plus on tremble avec lui. Plus on se sent vivant avec lui. Là est le grand tour de force de Mohammed Aïssaoui : nous démontrer qu’aimer une seule personne c’est aimer le monde entier. Et prendre le risque de le sauver.
Et puis, en filigrane de ces rencontres, de ces voyages dans les existences des autres, reviennent comme des petites cartes postales quelques souvenirs d’enfance. Du pays quitté à neuf ans. Du goût des abricots. Et d’Hanabella, la mère magnifique. Cette femme qui ne sait ni écrire ni lire et donne à son fils ce prénom de Kateb qui  justement signifie écrire.
Écris nous. Écris le monde, mon fils. Écris la beauté de chacun. Écris la beauté de l’autre, semble-t-elle dire.
C’est ce que votre fils vient de faire, Hanabella. Et de la plus éblouissante des façons.

*Les funambules, de Mohammed Aïssaoui. Éditions Gallimard. En librairie le 3 septembre 2020. Sur la première liste du Renaudot et du Goncourt 2020.

Otages du passé.

Voici un petit livre (152 pages) étonnant, entre le théâtre et le roman puisqu’il s’agit ici d’une pièce écrite en 2015 pour le Paris des Femmes et adapté en roman en 2019, alors que d’ordinaire c’est pour la scène qu’on adapte un roman. Bref. Une sorte de très long monologue donc. Celui de Sylvie, 53 ans, employée d’une entreprise de caoutchouc. C’est la crise. L’entreprise va mal. Le patron flippe. Charge Sylvie d’espionner les salariés afin de dresser la liste de ceux et celles qu’on va dégager. Le patron lui parle mal lorsqu’elle refuse. Sylvie pète un plomb. S’empare d’un couteau. Et, toute une nuit, retient le boss en otage. Bien sûr, elle se fera arrêter et interner dans un curieux endroit qui, sans être précisé, ressemble drôlement à un asile psychiatrique. C’est là qu’un douloureux épisode de l’adolescence de Sylvie refera surface, attestant que le syndrome de Stockolm est bien une méchanceté qui vous fait aimer (et reproduire) ce qui vous a fait du mal. Ainsi la pièce de 2015 est adaptée à l’air du temps : le mal fait aux femmes. Et nous voilà à la page 152. J’ai refermé le bouquin nostalgique de ce que le théâtre est probablement toujours plus bouleversant sur scène.

*Otages, de Nina Bouraoui. Éditions Lattès. En librairie depuis le 1er janvier 2020. Prix Anaïs Nin.

Chic, j’ai reçu une longue lettre !

Retrouvez cette lettre et tant autres plus belles les unes que les autres, ainsi que toute son actualité littéraire sur le site de Frank.

33 coups de couteau.

Je me souviendrais toujours du dixième épisode du documentaire de Karlin et Lainé en 1989, L’amour en France, un « essai sur la sexualité des français », parce que celui-ci mettait en scène un crime passionnel (on n’emploie plus beaucoup cette qualification aujourd’hui) au travers du témoignage, dans sa cellule de prison, d’un type de 27 ans qui avait tué sa maîtresse de 33 coups de couteaux dans le dos et une dizaine dans la tête, au prétexte qu’elle avait ri parce que, bourré, il ne parvenait pas à bander. Je voulais tuer ce rire, dira-t-il. Ou ai-je imaginé. Toujours est-il que cette seconde où tout bascule m’a toujours fasciné, inspirée pour certains de mes textes.
Et voilà qu’un jour, je croise la comédienne Sophie Daull dans un salon du livre où elle présentait son premier livre, Camille mon envolée (2016), d’une merveilleuse délicatesse, dans lequel elle parlait à sa fille décédée seize jours plus tôt, et j’apprends à cette occasion qu’elle est elle-même la fille de la femme assassinée de 33 coups de couteaux.
La foudre frappe bien deux fois au même endroit.
Dans son dernier livre, Au grand lavoir, Sophie imagine sa rencontre avec Philippe Debois, le meurtrier de sa mère, dans une librairie où elle dédicace son dernier ouvrage. Elle tente de dénouer les fils complexes du viandard, sans compassion ni haine, ce qui rend le gaillard encore plus glaçant. Ce texte court qui mêle avec grâce fiction et réalité nous tisonne et nous renvoie à l’insoluble question : que ferait-on devant l’assassin de notre mère ? Grande claque.

*Au grand lavoir, de Sophie Daull. Édition Philippe Rey (2018). Puis au Livre de Poche  depuis le 2 janvier 2020. Prix de littérature de l’union européenne.

L’histoire de Chicago May.

Rien que le titre déjà, L’histoire de Chicago May, fleure bon les grands espaces, les brigandages, le Far West, les coups de feu, les braquages de banques, les amours sulfureuses, bref un parfum d’aventure furieuse, celui de cette May Duignan, irlandaise évadée de ses contrées désertes avec les économies familiales afin de conquérir le monde. On la suivra tour à tour arnaqueuse, prostituée, braqueuse, danseuse de Music Hall dans le spectacle « Belle de New York », amoureuse du gars « qu’il faut pas », bref une vie d’héroïne de roman. Mais là n’est pas la grâce de cette formidable biographie, non. L’époustouflant sentiment du livre vient de la démarche de Nuala O’Faolain qui, alors qu’elle se baladait dans l’ouest de l’Irlande, entendit parler de cette gourgandine, apprit qu’elle avait écrit un livre sobrement intitulé : « Chicago May. Son histoire. Un document humain par la « reine des criminelles ». Mais voilà. Le seul exemplaire est à Manhattan. C’est cette distance qui sera le point de départ du voyage de O’Faolain. Retrouver le livre pour retrouver May. Retrouver l’époque pour comprendre pourquoi une femme corsetée dans une Irlande flippante (souvenez-vous des terrifiantes Magdalena Sisters), s’enfuira, courra vers la liberté et tombera sous les balles de la solitude. Retrouver enfin, dans un magnifique cheminement littéraire, l’histoire de son propre frère Dermot : « Dermot et May ont en commun entre eux et avec des millions de gens d’avoir des vies difficiles, pleine de châtiments, et de morts misérables » (pages 428-429). En suivant May, Nuala O’Faolain a retrouvé son frère et trouvé la paix.

*L’histoire de Chicago May, de Nuala O’Faolain. Au Livre de Poche depuis le 26 février 2020. Prix Femina Étranger 2006. Encore merci à Florence Mas pour cette merveilleuse découverte.