Archive | Tous les articles.

Un vrai pas dans l’oeuvre de Mathieu Belezi.

Belezi

Page 107*, commence la plus terrifiante invasion de sauterelles que j’ai jamais lue – même celles qui dévorèrent ce qui avait survécu à la grêle, dans les Sept Plaies d’Égypte (Exode, 7-12) –, sont de la rigolade à côté. Cette déferlante est la violente métaphore de la vie d’Emma Picard, partie s’installer avec ses quatre fils en Algérie, dans les années 1860, contre la promesse d’une terre de vingt hectares, d’une ferme, et surtout d’un formidable espoir, le tout bien emballé par un petit fonctionnaire encravaté. Cette nuée d’orthoptères résume la désolation de cette famille (et de tant d’autres colons abusés), de tout ce qui est sans cesse à recommencer, sans cesse détruit ; de l’immense ingratitude de la vie, de l’absence ; de l’abandon surtout de Dieu. Emma Picard est une femme dont les bras sont trop faibles pour la tragédie (au sens le plus noble) qu’elle doit porter, et dont l’immense courage ne fait pas tomber la pluie ou remplir les puits, ni la foi ressusciter les enfants que broie la terre algérienne. Une femme inoubliable, en somme.

*Un faux pas dans la vie d’Emma Picard, de Mathieu Belize, éditions Flammarion. En librairie.

Un travail monstre.

Un travail monstre

C’est un western. Un documentaire. Une enquête. Une fresque.  Un chant d’amour, un opéra de sang. Un coup de feu, mille coups de feu. (Et quelques magnifiques pages sur Ornella Muti). Un texte, comme un roman –mais qui serait vrai, et dont l’héroïne serait l’Italie ; « ce terrible et magnifique pays ». Que n’y a-t-il pas le même sur la France où la corruption, la mafia et le racket portent d’autres noms.

*Les Nouveaux monstres 1978-2014, Simonetta Greggio. Éditions Stock. En librairie depuis le 20 août 2014.

Des 549 romans de janvier et février, voici sans doute l’un des plus beaux.

BertholonL’histoire de Clémence*, quinze ans, rousse, yeux vairons, qui croise le couteau et la cruelle avidité d’un prédateur. L’histoire de Clémence, quinze ans après, qui porte toujours aussi mal son prénom ; Clémence qui habite un corps qui ne (re)sent plus rien depuis la mauvaise rencontre, un corps inutile donc, et qui passe ses journées à peindre les corps sans vie en latex des real dolls, ces poupées grandeur nature, troublantes, qui enchantent les timides, les complexés, et les veufs inconsolables. L’histoire admirablement bien écrite d’une reconstruction qui passe par l’une des choses les plus difficiles au monde : l’amitié de soi. Celle là qui ouvre un jour à celle des autres. Puis d’un seul autre. On l’appelle alors l’Amour.
Oui, avec un grand A. Comme Admirable.

*Les corps inutiles, de Delphine Bertholon, éditions JC Lattès. En librairie le mercredi 4 février 2015.

Invitée #17. Aurélie Devoisin.

Librairie Cheminant, Vannes, le 27 novembre dernier. Aurélie Devoisin déboule dans cet ancien cinéma transformé en librairie ; elle a les joues rouges, les mains gelées d’avoir traversé la ville en vélo, à fond, de peur de me rater. Je suis en dédicace et, lorsqu’elle arrive, l’heure de mon train est proche. Mais nous prenons le temps de papoter. Elle est nouvelle dans cette ville. Elle vient de Lyon (on y mange bien), elle a vécu à Bessenay (pays du bigarreau), elle fait de la cuisine (forcément), et rêve d’ouvrir un café littéraire (on ira la supporter). Nous parlons alors des livres qu’elle aime, et je l’invite à présenter l’un de ses coups de cœur sur ce blog. Elle croit à une plaisanterie de ma part. Et deux mois après, la revoici (qui rime avec merci).

Devoisin

« Inspiré d’un drame ayant eu lieu à Shreveport en Louisiane en août 2010 ce roman de Judith Perrignon* m’a beaucoup touché, dans un premier temps par toutes ces voix qui prennent la parole et à partir desquelles s’élève une mélodie d’amour, mais me révolte aussi, par la violence de l’inégalité et la tristesse d’un héritage de l’esclavage ou de la ségrégation, malheureusement, toujours présentes.
« Piscines et squares ouverts aux deux races ». Nous sommes en 1949 aux Etats Unis. Cet écriteau, malgré l’aspect positif qu’il sous entend, n’a malheureusement, pas révolutionné les façons de penser du jour au lendemain. Les mélanges ne se faisaient pas, des émeutes ont lieu, les tensions perdureront et l’homme noir qui jusqu’ici ne pouvait pas accéder aux piscines ne peut toujours pas approcher l’eau sereinement.
Parce que bien avant ces années là, on pensait déjà : « L’esclave qui nage est devenu l’esclave qui s’enfuit ! Et donc passible de mort », la « peur s’est transmise de génération en génération ».
Et nous arrivons en 2010 bien loin de l’esclavage et de la ségrégation, mais la peur des uns n’a pas permis la découverte de la natation pour les autres. Judith Perrignon, nous raconte une famille, des liens indestructibles d’amour et de fraternité. Mais elle nous raconte aussi comment ces liens et l’héritage du passé ont emporté six adolescents « sous les yeux de leurs proches », le 2 août 2010 au fond des eaux de la Red River. « Chacun voulait sauver l’autre. Aucun ne savait nager. » Au travers de cet événement médiatisé à la radio, Judith Perrignon ouvre le débat : « Pourquoi les noirs ne savent pas nager ? » et donne la parole à l’un des sauveteurs qui étaient sur les lieux, nous livrant  la dure réalité de son travail. Un livre émouvant d’une triste et puissante violence. Un livre qui ouvre les yeux et éveille les esprits. »

*Les faibles et les forts, Judith Perrignon, éditions Le Livre de poche. En librairie.

Dix bonnes nouvelles.

Enfantines

Petite récréation avec les Enfantines de Valéry Larbaud (29 août 1881 – 2 février 1957) ; dix délicieuses nouvelles comme un goûter dans l’ambiance poudrée d’un salon de thé de bord de Lac ; dix portraits d’enfants, et surtout d’enfances, qui portent déjà en elles les tonnerres de la vie d’adulte : les désirs étouffés, les mots impossibles, les rêves comme seules évasions –et vraies vies– possibles, les renoncements, les mensonges, quelques trahisons ; dix histoires délicates dans l’écriture élégante de Larbaud, doucement surannée, comme le souvenir d’une chose qui nous manque à jamais. L’enfance, justement.

Enfantines, Valéry Larbaud, éditions Gallimard (L’Imaginaire, La Pléiade « Œuvres »). En librairie depuis bien longtemps.

Dans le langage des fleurs, la pimprenelle signifie « tu es mon premier amour ».

Pimprenelle

Sortie de La Pimpinella en Italie, le 29 janvier. Voici ce qu’en dit La Reppublica* :
« « Quell’estate c’era Victoire. E c’ero io ». Non è detto, ma lo sanno tutti, che un romanzo, per colpire, debba andare avanti per molte pagine. Prendete La Pimpinella. Storia di un primo amore di Grégoire Delacourt, in uscita a fine mese. Un libro piccolo piccolo, appena 89 pagine, ma indimenticabili. Una storia di adolescenti, per adolescenti, che parla di Victorie, tredici anni « capelli color dell’oro, occhi di smeraldo come due piccole gemme e un bocca polposa come un frutto maturo ». E di Louis, quindici anni, che « era il suo amico. Ma sognava di essere molto di più ». Sullo sfondo la piscina in un’estate francese, dove i sentimenti si accarezzano e graffiano, e un adulto, Gabriel, si intromette a rompere equilibri fragili e delicati, como solo il primo, grande amor può avere. Si, proprio quei palpiti che ciascuno di noi custodisce da qualche parte nella memoria, e magari potrà rivivere, con un po’ di nostlagia, sfogliando queste pagine. Che dimostrano ancora une volta l’abilità di Grégoire Delacourt, classe 1960, che ha cominciato la sua carriera como pubblicitario nel 1982, e ha scritto il suo primo romanzo a cinquant’anni. Raggiungendo l’anno dopo, un gran successo con Le cose che non ha. Un successo, è una facile previsone, destinato ripetersi. »

* 9 janvier 2015.
La Pimpinella, Salani Editore, Milano. À relire, la chronique de Caroline.

 

Beau, beau.

Zenatti_Blog_Delacourt

Des pommes et des oranges ne sont pas, à proprement parler, un sujet d’une originalité folle, au mieux des petites sphères de couleur qui embaument, évoquent parfois des jardins normands ou des pays sucrés, et pourtant, lorsque Cézanne s’en empare, et peint sa Nature morte aux pommes et aux oranges (1895-1900), on est soudain émerveillés, on redécouvre la beauté des choses banales, on se sent vivant ; eh bien il en est de même avec l’apparent sujet classique du très beau texte* de Valérie Zenatti qui nous embrase avec l’histoire de Jacob, de sa famille, de sa mère Rachel, Jacob ainsi nommé à cause de son frère mort, lequel se prénommait aussi Jacob, Jacob, qui possède une voix de velours et la beauté des innocents, Jacob, juif de Constantine, enrôlé en juin 44 pour libérer la France, et qui va découvrir la crasse de la guerre, celle, plus forte encore, de l’éloignement de ceux qu’on aime, et qu’on perd, inexorablement, Jacob qui va deviner l’amour dans sa beauté éphémère, son absence de promesses, dans le ventre doux d’une Louise qui s’appelle en réalité Léa et qui, comme un contemporain de Cézanne, n’a plus qu’une oreille, Jacob bouleversé, Jacob bouleversant, ange de 19 ans, parti comme tant d’autres, comme trop d’autres, tuer du Boche pour les français, mais que la grâce de l’écriture de Zenatti rend absolument unique avec ses belles phrases longues, longues, comme une plainte d’amour.

* Jacob, Jacob, Valérie Zenatti. Editions de l’Olivier. En librairie depuis août 2014. Prix Méditerranée 2014 – où j’ai eu l’honneur  d’être juré.

Micro-dictionnaire amoureux de Didier Decoin.

Decoin_blog_Delacourt

C. Comme Coquine, Coquette, Cocotte et Cul. Il en parle divinement à C, comme Casque d’Or.
Comme Decoin, mais il préfère Dean. Comme James. Et nous fait découvrir la malédiction de Little Bastard. (À côté, la Christine du bon Stephen King, c’est de la rigolade).
E. Comme Enterrée Vivante. (Page 551).
F. Comme Frog. Le plus gros mass murderer connu –Londres en 1952. Ou comme Fantôme. Celui de l’Opéra par exemple, dont il nous raconte le drame d’Emma Livry (1862), morte brûlée, et qui serait à l’origine du mythe.
G. Comme Gégauff, Paul, qui disait à Coco Ducados, sa maîtresse : Tue moi si tu veux mais arrête de m’emmerder. Et elle le fit. Trois coups de couteau dans la poitrine.
H. Comme humour. Toutes ces chroniques en sont remplies (un 20/20 à « Demoiselles en détresse », entre autres. « Bela Kiss » n’en manque pas non plus). Quel bonheur !
L. Comme La Goulue. Dont on disait qu’elle était pire que jolie.
P. Comme Papa. Il lui rend hommage de ci de là, avec une fierté et une humilité confondantes.
T. Comme Touchant. L’histoire de Peg Entwistle, le fait divers le plus touchant pour Didier – une actrice qui se jette du H d’Hollywood à Los Angeles. Et celle de ces Roméo et Juliette modernes (page 633), pour moi, le plus TT (Tragiquement Touchant).
V. Comme Veau à la brabançonne. Comme anguille au Vert. Toutes ces choses « délectables » qu’il savoura à Bruxelles pendant quatre jours -en allant voir chaque soir Mayerling, dont il écrit ce bonbon rose, à propos de l’actrice principale : Qui n’a pas vu celle-ci en Marie Vetsera, les yeux timidement baissés sous un miracle de chignon de boucles d’or, la poitrine et les épaules ornées de roses moussues, de longs gants blancs gainant ses bras jusqu’au-dessus du coude, n’a jamais vu Catherine Deneuve.
Bref, une merveille ce dictionnaire.

Dictionnaire amoureux des Faits divers, de Didier Decoin, aux Éditions Plon. En librairie.