Archive | août, 2021

Soufflé.

Il y a quelques temps, je me suis hasardé loin de mes Hergé, Edward P. Jacobs et autres Uderzo usés à la corde pour m’aventurer chez quelques auteurs plus contemporains. Ainsi me suis-je fait conseiller Blast*, de Manu Lacrenet et je ne sais pas si son titre, qui signifie explosion, qui signifie soufflé, représente ce qu’il a voulu faire ou le sentiment qu’il souhaitait que nous ayons à la lecture de son travail, mais j’ai littéralement été soufflé. 
Par le style graphique d’abord, dessins d’encres de chine et d’eau et parfois, rarement, la couleur des dessins de ses propres enfants. Par l’histoire bien sûr, mais plus encore par son extraordinaire poésie de la violence, de la folie, de la différence ; tout ce qui fait que l’obscurité s’éclaircit. 
Blast est l’histoire d’un homme (très) gros, Polza Mancini, vagabond, alcoolique et écrivain, accusé du meurtre d’une certaine Carole Oudinot, et c’est au travers de l’interrogatoire des flics qu’il nous raconte son histoire, ses envols et sa forêt. Une merveille. 
Je viens de finir le deuxième tome. Il y en a quatre. Le soufflé ne retombe pas. Quel bonheur.

*Blast, de Manu Larcenet. Éditons Dargaud. Tome 1. Grasse Carcasse. Prix des Librairies de bande dessinées, 2010. Tome 2. L’apocalypse selon saint Jacky. Grand Prix RTL de la bande dessinée.

Voyages, voyages.

C’est l’été. Et avec lui les envies de voyages, de dépaysement, de découvertes. Mais voilà. Le pass sanitaire complique les choses (on a vu une chute de plus de 50% au Festival d’Avignon dès son entrée en scène), et notre chère liberté d’aller et venir là où nous poussent nos ailes est furieusement compromise. Heureusement, on peut voyager de son canapé, de sa chambre, de son lit et c’est ce que nous proposent ces deux livres épatants. L’un, Cueilleur d’essences, m’a mené en Andalousie sur les traces du ciste, en Haute Provence et m’a submergé de lavandes, à Shipka où je me suis enivré de roses de Bulgarie, en Inde, à Grasse, au Pérou et au Salvador, en Guyane et à Madagascar (sur les traces de la vanille qui parfume divinement les fameuses gaufres de chez Méert), un fabuleux voyage autour du monde pour 18, 50 € à la recherche des senteurs parfaites qui font les parfums les plus parfaits d’aujourd’hui. L’autre, Le long du Luxembourg, m’a fait voyager dans le temps, de 1913 à 1885, année de la mort du grand Hugo, au Luxembourg, château et jardins; m’a fait rencontrer des femmes inoubliables, Anne de Bretagne, Jeanne d’Albret, Blanche de Castille (…) et Marie de Médicis à l’origine de toute cette fabuleuse aventure. Je viens de rentrer de ces deux extraordinaires voyages, comblé, heureux, certes toujours aussi pâle qu’au départ, mais chacun le sait, bronzer est mauvais pour la peau, juste bon pour le mélanome.

*Cueilleur d’essences, Aux sources des parfums du monde, de Dominique Roques et Le long du Luxembourg, d’Elvire de Brissac. Tous deux chez Grasset.

Les femmes tues.

Voici l’un des plus beaux textes courts (79 pages) qu’il m’a été donné de lire. Un premier roman au titre d’une poésie et d’une promesse folles. La brève histoire d’une jeune femme qui aime un homme qui meurt à la guerre. Mais nous sommes en Irak. Les femmes aimées et seules sont un déshonneur. Un frère doit la tuer. C’est tout. C’est absolument magnifique. (J’ai essayé de faire court, moi aussi — dieu que c’est difficile).

*Que sur toi se lamente le Tigre, de Émilienne Malfatto. Éditions Elyzad. En librairie depuis le 3 septembre 2020. Prix Goncourt du Premier roman 2021.

Invités #50 et #51. Michel Persitz et Sofi Oskanen.

En fait, je n’avais pas, mais alors pas du tout prévu de les inviter. Mais voilà qu’au début de juillet, dans l’été gris, Michel* m’a envoyé un mail et je l’ai trouvé si plein de beautés, que je vous l’adresse à mon tour, mot pour mot, avec la photo qui l’accompagnait.

« Petit bouquin**, même pas 100 pages. 
Grand livre.
Le bandeau retiendra sans doute la main virile des mecs qui préfèrent lire un bon polar torse nu sur la plage et la main de gauche de ceux – également lâches – qui redoutent de lire un livre de « nana féministe » et se planquent à la terrasse des cafés derrière le best-seller d’Obama ou celui de Yuval Harari.
Tant pis pour eux.
De toute façon à terme, ils sont cuits. 
En voie d’extinction.
Pourront plus se reproduire.
Désert et quequette blues.

Une jupe trop courte.
Le bandeau fait du marketing.
Il est fait pour ça.
Le bandeau ne dit pas que ce sont des poèmes.
Le bandeau ne dit pas que c’est terriblement beau. 
Le bandeau ne dit pas que le lecteur va avoir les tripes nouées.

Le lecteur va se découvrir nu, au travers du regard de l’autre.
La merveilleuse, précieuse, autre.
Grand ménage pour les méninges des messieurs.

6,90€ le nettoyage mental. C’est donné.

Les dames peuvent offrir aux messieurs timides… »

*Juif de Personne. Éditions Lattès (2018).
**Une jupe trop courte, de Sofi Oskanen. Inédit. Points, coll Points Poésie. En librairie depuis le 6 avril 2021.
PS. L’ai commencé hier soir. Michel a 100% raison.

J’en avais marre d’attendre.

D’habitude, Jean-Louis m’envoie toujours son nouveau livre*. Cette fois-ci, je l’ai attendu. Longtemps. Sans doute n’avait-il lui-même plus le temps d’attendre son tour à la Poste. D’attendre que le livre traverse l’Atlantique pour me retrouver. D’attendre que je le lise. Que je lui fasse part de mon sentiment. J’ai tout de même attendu 5 mois (je suis patient) et lorsque je n’ai plus eu le temps d’attendre, je l’ai finalement commandé. Pour l’avoir cette fois tout de suite. 
En une seconde. 
Et il est arrivé sur ma tablette Kindle en 0,9 seconde, après que l’on m’ait allégé en 0,05 seconde de 13, 99 euros, ce qui en fait, aux nombre de mots écrits, l’un des livres les plus chers du monde**.
Impatient cette fois, j’ai aussitôt commencé à le lire, ce qui m’a pris 21 minutes car Jean-Louis n’a sans doute pas non plus eu vraiment le temps d’y passer du temps, ou alors, probablement impatient qu’il était de l’achever, l’a persillé de très peu de mots, comme à sa chère habitude ; ses mots, a-t-il coutume de dire, comme des petits sillons dans un jardin japonais. Beaucoup de blanc. Beaucoup d’air. Un écrin, en somme. 
Ce nouvel opus fournierien ressemble à ses précédentes livrées : adages, aphorismes, axiomes et, comme toujours des jeux de mots rigolos, des petites histoires drôles qui épinglent avec malice nos défauts de pauvres humains et cachent, pour qui sait décrypter le Fournier, sa peur du peu de temps qu’il reste. 
Ce qui en fait, in fine, un tout petit livre fragile et touchant. 

*Je n’ai plus le temps d’attendre, de Jean-Louis Fournier. Éditions Lattès. En librairie depuis le 24 février 2021. (18,90 en papier et 13,99 en numérique…).
**À l’exception peut-être des livres de poésie, mais la poésie n’a pas de prix.

Premières prédictions pour 2021.

Je prédis, pour l’instant, un week-end à Nice (17-19 septembre).
Un autre à Vannes (26-28 septembre) avec mon nouveau livre en avant-première.
Un autre encore, du 3 au 5 octobre au magnifique Festival du livre de Talloires, Lir Ô Lac.
Un week-end au salon Lire en Poche de Gradignan (8 et 9 octobre), précédé d’une rencontre à la Médiathèque de Saint-Médard en Jalles les 8 au soir.
Un dimanche à la 25 ème heure au Mans (10 octobre).
Une passionnante rencontre à l’Alliance Française de Fribourg (Suisse), le 11 octobre.
Un week-end au Salon du livre de Genève, les 23 et 24 octobre.
Et sans doute Brive les 5 et 6 novembre.

Au Canada, la poésie pousse sur les arbres.

Beau projet appelé Liberté suspendue, qui a poussé au Canada, et pour lequel l’ami poète Denis Boudrias a planté une petite graine de mots qui nous offre ce poème.

Invités # 48 et # 49. Frank Andriat et Romain Puertolas.

Quel bonheur parfois, l’improbable. Voici que, président du Salon du livre de Villeneuve-sur-Lot (en 2019), il me fut loisir d’inviter gens de bonne compagnie. Il s’en trouva parmi eux deux qui ne se connaissaient pas, firent connaissance à leur tour, cette fois dans l’ambiance toujours joyeuse d’un restaurant asiatique, là aussi en bonne compagnie (voir photo ci-dessous). Les épices et l’alcool de riz sans doute abolirent les frontières, on se promit de se lire, de se revoir, bref on devint proches. Et voici que quelques temps plus tard, l’un (en Belgique) écrivit une magistrale farce* sur l’autre (en Espagne) et que l’autre préfaça avec espièglerie pour le plus grand bonheur de l’un. J’ai donc demandé à Frank de photographier et de légender son livre et à Romain de nous le présenter.
C’est leur coup de cœur du moment. C’est aussi le mien. Bientôt le vôtre. 

« Être sauvé par Bob Tarlouze ou mourir pour un spéculoos ? », s’interroge Frank Andriat, auteur de cette photo.

« Alors voilà, il suffit que j’abdique de mon statut de roi du loufoque français, que je me mette à écrire des romans sérieux avec des twists finaux à la Night Shyamalan, auxquels même le grand Michel Bussi ne s’attend pas (cf. Sous le parapluie d’Adélaïde) pour qu’un jeune Belge au sourire enjôleur (j’allais dire “enjoliveur”… mais cela, c’était avant, quand je n’écrivais pas des romans sérieux) prenne ma place sur le trône et me tire avec lui une dernière fois au fond du trou de la fantaisie et de l’absurde. 
Frank (attention, sans « c » pour nous embrouiller) Andriat. Je me souviens encore de notre rencontre, au salon du livre de Villeneuve-sur-Lot, sous l’égide de ce même Grégoire Delacourt qui sévit aujourd’hui sur ce petit morceau d’Internet, dans un restaurant chinois, en (très bonne) compagnie du merveilleux Boualem Sansal. Frank me promet qu’il va lire le Fakir. Quelques jours après, il me téléphone, m’avise qu’il l’a terminé et qu’il va lire tous mes livres, l’un après l’autre. Cela sonne à mon oreille comme une menace. Quelques jours plus tard, il a terminé mon œuvre (oui, je ne suis pas Proust), m’informe qu’il se lance dans l’écriture d’un roman dans lequel je serai le héros, nouvelle menace. Qu’il met à exécution sans pitié. 
Reprenant le personnage qui a fait son succès planétaire, Bob Tarlouze le magnifique, il édifie une mission mondiale : sauver votre serviteur, Romain Puértolas, qui n’a jamais autant été en danger. On y retrouve une plume envolée mais acide, on y croise nombre de mes personnages (Jeff Palourde, cousin de Gustave, Mohammed Mohammed, bref, il vous faudra une solide connaissance en mes romans pour profiter au maximum de cette nouvelle aventure, mais les néophytes y trouveront également leur compte de rebondissements), dont ma femme !  
Frank ose tout, exagère ce que j’avais porté au comble de l’exagération dans le Fakir enfermé dans son armoire IKEA, dans La petite fille (faisons court, nous ne sommes pas payés au mot), dans Re-vive l’Empereur, et autres Tout un été sans Facebook. Tous se croisent dans cette orgie de mots, ce vaudeville désopilant. Bref, le roman le plus emblématique de mon époque loufoque, le plus drôle aussi, ce n’est pas moi qui l’ai écrit, mais Frank ! C’est un comble ! Ce soir vous êtes heureux car la pandémie est en passe de devenir un mauvais souvenir et vous vouliez le fêter en vous soulant au champagne ? Lisez Sauver la peau de Romain Puértolas, vous aurez l’ivresse et le plaisir sans le mal de tête et les bulles… » (Romain Puertolas).

*Sauver la peau de Romain Puertolas, de Frank Andriat. Préface de Romain Puertolas. Éditions Genèse. En librairie depuis le 4 juin 2021.
Le dernier roman de Romain, Sous le parapluie d’Adélaïde, est paru aux éditions Albin Michel en septembre 2020 . Le prochain est prévu début 2022.